Cote d'Ivoire: Cohésion sociale - Depuis Man, Adama Toungara lance un appel à la classe politique

23 Février 2020

Les grandes rencontres avec les populations sur les mécanismes d'une paix durable en Côte d'Ivoire, initiées par le Médiateur de la République, ont démarré ce samedi 22 février 2020, avec l'étape de Man qui rassemble les régions du Tonkpi, du Guémon et du Cavally. C'était à l'université de Man dans l'amphithéâtre Alassane Ouattara.

A l'approche de l'élection présidentielle, appréhendée par beaucoup d'Ivoiriens, le Médiateur de la République Adama Toungara, à cette première étape, a lancé un appel solennel au pardon et à la réconciliation, au renforcement de la paix sociale à l'ensemble des populations ivoiriennes, particulièrement aux hommes politiques.

Favoriser l'intégration de toutes les communautés

« Je vous invite à taire les rancœurs, les ressentiments, pour vous engager résolument dans la voie de la cohabitation pacifique, en privilégiant le bon ton, la concertation et le dialogue, aussi bien pour prévenir les conflits que pour les régler », a déclaré le Médiateur de la République.

« Il nous faut favoriser l'intégration de toutes les communautés, dans le respect des lois républicaines et de nos coutumes », a insisté Adama Toungara.

Aux hommes politiques, il a demandé de cultiver la tolérance et la courtoisie dans les discours, notamment lors des prochaines campagnes électorales. Car la démocratie s'exprime dans le respect de l'autre, ainsi que de ses opinions et idéologies.

Après la crise post-électorale de 2010-2011, note-t-il, la liste est longue des localités ayant connu des troubles liés essentiellement aux questions foncières ou de chefferie et où l'institution de médiation a envoyé des missions d'écoute et de conciliation. A savoir Bouna, Agboville, M'Bengue, Duékoué, Zouan-Hounien, Danané, Béoumi, Zuénoula et un village de Bouaflé.

A cette menace d'explosion des conflits communautaires, il faut ajouter les crises dans les milieux scolaires et universitaires. Face à ce tableau, le Médiateur de la République s'est dit convaincu qu'avec l'implication de tous, les régions qui ont connu des conflits seront perçues comme des terres de fraternité, de solidarité, d'union et de paix.

L'engagement des rois et chefs traditionnels

Adama Toungara a des raisons d'être confiant, à écouter le médiateur délégué du Tonkpi. Badia Yoro a auparavant traduit la détermination de la chefferie traditionnelle à jouer sa partition dans la prévention et la résolution des conflits, à travers la Chambre nationale des rois et chefs traditionnels.

Il a indiqué qu'en cette année électorale, il est plus que nécessaire d'œuvrer, main dans la main, au renforcement de la paix et de la cohésion sociale. Surtout que des conflits naissent toujours en dépit des instruments de dialogue et de cohésion mis en place par le Gouvernement.

C'est pourquoi la Chambre nationale des rois et chefs traditionnels a salué l'initiative des grandes rencontres avec les populations sur les mécanismes d'instauration d'une paix durable en Côte d'Ivoire.

« L'on ne peut œuvrer efficacement à renforcer la paix et la cohésion sociale que de façon globale et intégrée, en allant à la rencontre des populations, en écoutant leurs propositions de solutions et de stratégies propres à leur contexte », a déclaré Badia Yoro, qui a souligné que cette démarche est beaucoup utilisée dans nos sociétés traditionnelles.

Les rencontres seront l'occasion pour les garants des us et coutumes de porter au niveau national leur savoir-faire et leur détermination à œuvrer sans relâche à l'union, à la paix, à la cohésion sociale et au développement.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: Fratmat.info

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.