Congo-Kinshasa: Tunda ya Kasende - « Le règne de l'impunité est terminé»

Le Directeur général statutaire de Safricas s.a. a été transféré, le vendredi 21 février à la prison centrale de Makala. David Blattner avait été interpellé, le mercredi 19 février, dans le cadre de l'enquête initiée par le gouvernement sur le financement des sauts-de-mouton sur quelques grandes artères de la capitale. Mais, au fil des jours, le dossier est en passe de corser avec d'autres interpellations annoncées imminentes.

La nouvelle est tombée samedi 21 février en pleine soirée d'échange des vœux des membres des barreaux de la ville de Kinshasa. Inutile de dire qu'elle a fait l'effet d'une bombe. Abondamment partagée sur les réseaux sociaux, elle faisait état de l'arrestation - ou interpellation - du Directeur général de l'Office de voirie et drainage, Benjamin Wenga. Vérification faite, il s'est avéré qu'il s'agissait d'une de ces fake news que les personnes incriminées attribuent à leurs «détracteurs ».

Cependant, sur cette affaire concernant le DG de l'OVD, la nouvelle pouvait facilement passer, du fait qu'elle intervenait 72 heures après l'interpellation et le transfert à la prison de Makala du DG de Safricas s.a. David Blattner. L'homme d'affaires américain accusé d'indélicatesse dans l'exécution des travaux d'une partie des sauts-de-mouton sur les artères principales de la ville de la capitale, en étroite collaboration avec l'OVD.

Des sources proches du dossier révèlent que parmi les griefs reprochés au patron de Safricas, CAA et SAB, il y a une opacité autour de l'attribution de certaines parts de l'exécution des travaux à des sous-traitants dont l'identité est restée nébuleuse.

Selon le VPM de la Justice Tunda ya Kasende, l'interpellation de l'homme d'affaire américain est la preuve que le règne de l'impunité est terminé en RDC. «Contrairement à ce qui peut se raconter, la procédure amorcée dans cette affaire ira jusqu'au bout », a-t-il déclaré aussitôt que la nouvelle de l'arrestation de David Blattner a été portée à sa connaissance. Il a, par ailleurs, indiqué que d'autres interpellations vont bientôt suivre afin de permettre à la justice congolaise de faire la lumière sur cette affaire de détournement et d'établir les responsabilités. Et, à lui de prévenir : « Nous sommes maintenant dans une ère nouvelle, où tous les efforts sont canalisés vers la matérialisation de la vision du Chef de l'Etat consistant à bâtir un véritable Etat de droit en RDC. Si vous avez touché aux ressources de l'Etat sans en justifier l'utilisation, vous allez en répondre devant la justice ».

Le VPM Tunda ya Kasende invite, par la même occasion, ceux qui ont encaissé des fonds publics à achever les travaux démarrés, ou à les rembourser. Malgré tout, l'infraction sera poursuivie.

Il n'en reste pas moins que si d'autres prestataires risquant de connaître le sort de David Blattner au cours des jours et semaines à venir, sont appréhendés, une sérieuse hypothèque pèsera, désormais, sur la tenue de l'échéance du 30 mai, date annoncée par le gouvernement pour la livraison des ouvrages. Car, il est inimaginable que les travaux se poursuivent à la normale quand les signataires des contrats de gré à gré sont embastillés. Or, il y a urgence à trouver une solution palliative, dès lors que la commémoration de 60 ans d'indépendance arrive à grands pas. Alors que les invités de marque sont attendus à Kinshasa dont le roi des Belges, les sauts-de-mouton inachevés jalonnent et perturbent la circulation sur le parcours de l'aéroport de N'djili au centre-ville.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.