Algérie: Energies renouvelables - Une "nouvelle approche" s'impose

Alger — Au moment où l'Algérie fête le 49ème anniversaire de la nationalisation des hydrocarbures, une "nouvelle approche" en matière d'exploitation d'énergies renouvelable s'avère indispensable pour éviter "l'échec" enregistré jusque-là dans la mise en œuvre du programme national relatif à ces énergies, a recommandé dimanche un spécialiste.

Dans un entretien accordé à l'APS, le Commissaire national aux énergies renouvelables et à l'efficacité énergétique (CEREFE)), Noureddine Yassaa, a mis l'accent sur la nécessité d'adopter une nouvelle approche des ENR qui ne considère pas la transition énergétique comme une démarche purement technique mais plutôt comme une transition sociotechnique dans des secteurs multiples.

Ainsi, l'électricité ne devrait pas en être le pivot unique: les applications spécifiques aux activités économiques stratégiques telles que l'agriculture, l'habitat, l'industrie, le transport, les ressources en eau, l'environnement, et bien d'autres, devraient également en être bénéficiaires, a-t-il ajouté. Le programme de la transition énergétique doit être porté par la société toute entière pour garantir sa réussite, a-t-il soutenu.

Les projets des ER et d'efficacité énergétique doivent ainsi être développés selon une approche de développement intégré afin de permettre l'émergence d'une industrie locale du renouvelable et de l'efficacité énergétique, aider à un développement technologique effectif dans le domaine, et avoir un impact direct sur l'emploi, l'éducation, la santé et l'agriculture.

La mise en place d'une politique énergétique nationale, qui définit clairement les besoins afin de répondre à la croissance de la demande à moyen et long termes, est donc indispensable, selon M. Yassaa.

Dans cette optique, le CEREFE suggère de mener une large consultation avec l'ensemble des secteurs utilisateurs de l'énergie et avec tous les acteurs et parties prenantes, à savoir, les administrations, les partenaires sociaux et économiques, les scientifiques, les clusters, les agences publiques, les banques, la diaspora, les collectivités locales, la société civile et les partenaires étrangers de l'Algérie.

Pour M.Yassaa, l'organisation d'assises nationales sur la transition énergétique, qui pourrait être pilotées par le CEREFE, avec la contribution de toutes les parties prenantes, permettrait une large consultation et débouchera sur un programme de transition énergétique réaliste et à la hauteur des ambitions de l'Algérie en tant que leader régional dans le développement des énergies renouvelables.

D'autre part, M. Yassaa a avancé que le Commissariat allait mener une étude rigoureuse sur les sites pouvant abriter des projets d'énergies renouvelables.

Dans le cadre de la mise en œuvre du programme du gouvernement dans son volet transition énergétique, le CEREFE entreprendra, avec la participation de toutes les parties prenantes, une étude rigoureuse sur les sites pouvant abriter des projets d'énergies renouvelables.

Transition énergétique: établir une nouvelle loi pour encourager l'investissement privé

Mais pour bien encadrer cette transition, M. Yassaa suggère l'élaboration d'une nouvelle loi qui puisse compléter la batterie des dispositions législatives, réglementaires et institutionnelles régissant les énergies renouvelables en Algérie.

La loi proposée par le CEREFE doit permettre l'ouverture au secteur privé du marché de la production et de la commercialisation d'électricité produite à partir de sources renouvelables avec accès au réseau de distribution, notamment la basse tension et ce, afin d'encourager l'autoconsommation dans les secteurs résidentiel, tertiaire, industriel, agricole et autres.

Par ailleurs, le Commissariat, crée en novembre 2019 et mis sous l'autorité du premier ministre, s'attèle à faire un bilan général, national et intersectoriel, quantitatif et qualitatif, touchant tous les aspects en relation avec les énergies renouvelables et l'efficacité énergétique en Algérie.

En outre, un groupe de travail intersectoriel pour le développement de l'infrastructure de qualité en énergie renouvelable et en efficacité énergétique a été installé récemment.

Ce groupe sera responsable de la mise en place de règles reconnues afin de garantir des services de grande qualité et la disponibilité de produits et équipements solaires certifiés et aux rendements adéquats et aux normes internationales. Il s'attèlera par ailleurs au développement des capacités de la main d'œuvre spécialisée.

Le CEREFE prévoit de créer un deuxième groupe de travail chargé du développement de l'autoconsommation de l'énergie solaire, avance M. Yassaa.

M. Yassaa a salué la création de la nouvelle Agence Algérienne pour la Coopération Internationale et la Solidarité qui permettra, selon lui, de renforcer la coopération internationale dans le domaine des ENR notamment avec l'Afrique.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.