Ile Maurice: 84e anniversaire du PTr - Ramgoolam critique la «politique de surveillance» du GM

24 Février 2020

L'heure était à un retour dans l'histoire du côté du Parti travailliste hier à Valentina, Phoenix. Ce, pour le 84e anniversaire du parti. Sydney Selvon, l'auteur de plusieurs ouvrages sur l'histoire de Maurice et qui a aussi été rédacteur en chef de Le Mauricien, est revenu sur les événements qui ont marqué l'histoire du parti.

L'événement était présidé par Patrick Assirvaden qui a, dès le début de la cérémonie, lancé une mise en garde à l'assistance. «Le plus grand danger qui guette le PTr c'est la division», a-t-il dit.Reprenant les paroles de Patrick Assirvaden et Sydney Selvon sur la dissidence au sein du Ptr, Navin Ramgoolam a déclaré qu'il n'est pas contre les discussions mais «que celles-ci doivent avoir lieu à l'intérieur du parti et non en public». Pour lui, l'objectif principal des travaillistes est la restauration de la démocratie «C'est sur ce sujet qu'il faut se focaliser», a-t-il ajouté en guise d'avertissement à ceux qui veulent du changement au sein du Ptr. D'ajouter : «C'est le MSM qui veut que je me retire.»

Navin Ramgoolam a ensuite abordé le sujet de surveillance. «Nos conversations téléphoniques sont écoutées, nos mouvements épiés», a-til dit. De dire qu'il ne croit pas, lui, dans la surveillance des adversaires politiques. Le leader des Rouges a aussi a tenu à raconter comment il aurait rabroué un ministre en plein Conseil des ministres quand celui-ci aurait tenté d'influencer le commissaire de police de l'époque.

Abordant l'affaire des pétitions électorales, Navin Ramgoolam a déclaré qu'en refaisant le compte, il s'est aperçu qu'il y aurait plus de 10 000 électeurs qui n'ont pu voter lors des dernières législatives. Et que ce chiffre augmenterait au fur et à mesure que les enquêtes progressent. «Au numéro 10, 27 morts ont voté», a-t-il affirmé.

Venant aux finances, le leader du PTR a rappelé que jamais aucun ministre des Finances n'a essayé d'utiliser le Special Reserve Fund de la Banque de Maurice dans le passé. Selon lui, seules Rs 7 milliards auraient été utilisées pour rembourser des dettes extérieures, les Rs 11 milliards restantes seront servies pour financer les promesses électorales notamment la hausse - la pension de veillesse et des salaires de la fonction publique.

Mais le communiqué émis par le ministère des Finances, le 19 février, indique que cette somme sera utilisée pour rembourser les dettes étrangères dans le courant de l'année.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.