Afrique Centrale: Bourse des valeurs mobilières de l'Afrique centrale - Premières cotations

Les obligations de l'Etat du Gabon et de la société Safacam ont été admises à la cote permanente le 21 février à Douala.

La Bourse des valeurs mobilières de l'Afrique centrale (BVMAC), après la fusion absorption de la Douala Stock Exchange (DSX) le 4 juillet 2019, accueille sa première cotation. Ainsi, le 21 février 2020, les obligations de l'Etat du Gabon dénommées « EOG 6,25% net 2019-2024 » et de la société Safacam « SAFACAM 6% HT 2019-2022 » ont été officiellement admises à la cote permanente de la Bourse régionale unifiée, la BVMAC, à son siège à Douala. Une cérémonie qui s'est déroulée en présence de Daniel Ona Ondo, président de la Commission de la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (CEMAC). Egalement présent, le secrétaire général du ministère des Finances, Gilbert Didier Edoa.

L'admission de ces deux valeurs mobilières était l'occasion pour le président du Conseil d'administration de la BVMAC, Henri Claude Oyima, de présenter le bilan et les perspectives de la Bourse nouvelle version depuis juillet 2019. Il a notamment été question du redéploiement des ressources matérielles et humaines, de modernisation du système d'informations, etc. en termes de mise en place. Pour ce qui est des ambitions, il s'agit d'accélérer le processus de diversification économique de la sous-région. Dans une démarche de transformation de la place sous régionale financière de la CEMAC. Pour démontrer l'avènement de cette ère nouvelle, le Pca de la BVMAC s'est appuyé sur trois chiffres clés : un volume de 1 683 524 titres échangés pour un montant de près de 20 milliards F entre juillet 2019 et janvier 2020 ; une capitalisation boursière globale dépassant 253,6 milliards F ; un encours des obligations qui s'établit à près de 763,5 milliards F.

Et le challenge de cette ère nouvelle sera de venir à bout de deux principaux facteurs qui limitent le développement le marché financier de la zone : l'offre limitée des titres ; le faible dynamisme du compartiment secondaire. Du côté des émetteurs de titres, le ministre gabonais de l'Economie, Jean Marie Ogandaga, a tenu à rassurer les investisseurs de la sûreté de l'emprunt obligataire de l'Etat et de l'attractivité du marché des titres publics. Les investisseurs ne s'y sont d'ailleurs pas trompés, puisque sur les 100 milliards F sollicités par le gouvernement gabonais, 126 milliards F ont été collectés. Pour ce qui est de la Safacam, société cotée en bourse à l'ancienne DSX depuis 2008, l'objectif de cet emprunt par appel public à l'épargne est entre autres de restructurer l'endettement de l'entreprise ainsi que sa trésorerie.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.