Sénégal: Décés du PCA de la Sspp Le Soleil - Mamadou Amadou Tamimou Wane, une grande âme, une plume alerte

24 Février 2020

Le Président du conseil d'administration de la Sspp Le Soleil, Mamadou Amadou Tamimou Wane, est décédé dans la nuit du samedi au dimanche. La levée du corps effectuée, hier, à la mosquée de Patte d'Oie Builders, a été suivie de son inhumation au cimetière musulman de Yoff.

L'atmosphère a répondu au fait du jour. Dans un temps grisâtre et quelque peu embrumé, une grande masse de personnes tristes et trop peu bavardes s'est réunie dans la grande mosquée de Patte d'Oie Builders.

Ce monde d'hommes et de quelques femmes est venu dans ce lieu de culte pour dire les dernières prières devant accompagner le défunt Mamadou Amadou Tamimou Wane.

Le Président du conseil d'administration (Pca) de la Ssspp Le Soleil est décédé à Dakar dans la nuit du samedi 22 au dimanche 23 février, après une longue maladie. Il était un doyen de la presse sénégalaise et africaine, ayant notamment dirigé le journal «Carrefour républicain».

La République, les proches et la famille étaient tous présents à la levée du corps. Tous ont tenu à témoigner de leur douleur et de leur tristesse.

La mosquée s'est d'ailleurs avérée exiguë pour les accueillir tous. C'est à l'esplanade de celle-là que s'est finalement effectuée la prière mortuaire, à 17 heures passées de quelques minutes.

Des moments d'émotion pendant lesquels les intervenants ont énuméré les qualités cardinales et les hauts faits du défunt. «Généreux et rassembleur». Ces deux attributs sont revenus en rengaine.

L'imam de la mosquée de Patte d'Oie Builders, quartier de résidence du défunt, a attesté des nombreuses actions de bienfaisance que Mamadou T. Wane effectuait dans le lieu de prière. Le guide a particulièrement cité en exemple sa large contribution à l'édification et à l'entretien de la morgue qui a accueilli sa dépouille.

Les hommes politiques présents, anciens comme actuels ministres, ont tous loué le leadership d'un mentor qui savait échanger de sa vaste expérience et orienter vers les sentiers féconds.

Ses parents du Fouta, venus nombreux, ont également magnifié la vie d'un homme sociable, généreux, courageux, posé, très porté aux valeurs de la communauté et fervent croyant. Sa piété a aussi été signifiée par son fils aîné, qui a porté la voix de la famille biologique.

Abdoulaye Wane s'est rappelé d'un papa affectueux et aux attitudes chaleureuses, qui leur a donné une éducation exemplaire et rigoureuse. Passé ce chapitre de déclarations sensibles, le représentant de la famille omarienne a dirigé la prière mortuaire.

Un moment symbolique perturbé quelques instants par le vieux griot du défunt qui laissait dominer sa voix empreinte de trémolos dans ce silence allégorique. Il disait avoir été un compagnon du disparu depuis les années 1960 et a estimé que l'assistance n'en a pas assez dit sur ses innombrables qualités et bienfaits.

Mais il commençait à se faire tard et le moteur du corbillard tournait déjà, prêt à conduire la dépouille dans sa dernière demeure, au cimetière musulman de Yoff. Ce décès sonne le glas d'une grande âme et d'une plume alerte et renommée, comme le soutiennent les témoignages.

Yakham Mbaye, DG de la SSPP Le Soleil : «Il me considérait comme son fils»

Absent du territoire national à la survenue de la triste nouvelle, le Directeur général de la SSPP Le Soleil a tenu à rendre hommage au défunt. «Je l'ai connu bien avant d'être nommé à la tête de l'entreprise.

C'était un ami de ma famille. Je peux citer moult anecdotes qui renseignent sur le fait qu'il me considérait comme son propre fils.

C'est ainsi qu'il m'appelait. En dépit de son état de santé, il avait tenu à venir assister aux premières minutes de la dernière réunion du Conseil d'administration, le 31 décembre 2019.

«Pour prier pour toi, te montrer le beau boubou que tu m'as offert comme cadeau d'anniversaire, et te dire que ton père sera toujours à tes côtés», me dit-il avant que je ne le raccompagne. Au moment de nous séparer, il me dit : «Je te confie ton frère Abdoulaye», son fils aîné.

C'était un homme qui cultivait la loyauté et le sens de l'engagement. En témoigne son compagnonnage avec le Président Macky Sall qui est très peiné par cette perte.

Me , ministre de la Justice : «Il est pour beaucoup dans mon investissement politique»

«C'était mon oncle. Nous avions parlé de ce jour qu'il avait très bien préparé. C'était aussi l'oncle du Chef de l'État, qui m'a d'ailleurs promis au téléphone de prendre toutes les dispositions pour aller présenter ses condoléances à la famille.

Je suis vraiment ému. Il reste difficile de témoigner sur son parent. Mais je peux toutefois dire aujourd'hui qu'il est pour beaucoup dans mon investissement politique auprès du Chef de l'État, avant, pendant et après la campagne électorale.

Il a été mon mentor et m'a poussé à oser. Il m'a amené à sortir tout le potentiel qui était en moi. Je prie Allah pour qu'Il l'accueille dans Son paradis. J'ai espoir pour cela au regard de tout le bien et de toutes les largesses qu'il a faits le long de sa vie.»

Mbagnick Ndiaye, ancien ministre de la Culture et de la Communication : «Une forte personnalité»

«Le doyen Mamadou T. Wane était une très forte personnalité dans le monde du journalisme. Nous avons longtemps consommé ses écrits. Je l'ai personnellement côtoyé quand j'étais ministre de la Culture et de la Communication et, lui, Président du conseil d'administration de la Sspp Le Soleil.

Avec lui, nous avions travaillé sur plusieurs dossiers. Mais également nous avions calmé beaucoup de situations conflictuelles dans cette entreprise de presse.

C'était un doyen affectueux qui entamait et terminait toujours nos rencontres par des prières. J'ai été vraiment abattu quand j'ai appris la nouvelle et je prie Dieu de l'accueillir dans son Paradis céleste.»

Mor Ngom, ministre-conseiller : «Très tôt, il a conseillé et protégé le Président Macky Sall»

«Nous sommes venus représenter le Chef de l'État à la levée du corps et à l'enterrement de Mamadou Tamimou Wane. Nous nous rendrons également au domicile mortuaire pour prendre la parole au nom du Président Macky Sall et témoigner de la compassion de la Nation.

Le Directeur général du quotidien Le Soleil, Yakham Mbaye, qui est actuellement hors du pays, m'a aussi appelé pour me dire de témoigner des excellentes relations professionnelles et filiales qu'il avait avec le défunt. Le défunt était plus qu'un père, plus qu'un conseiller pour nous autres.

C'est quelqu'un qui, très tôt, a conseillé et protégé le Chef de l'État. D'abord, par son savoir intellectuel, ensuite par ses prières. Avant l'accession au pouvoir, il a fait le tour des foyers religieux pour recueillir des prières en faveur de l'élection de Macky Sall.

Depuis l'accession au pouvoir également, il n'a pas non plus cessé de l'encadrer dans la formulation des politiques publiques jusqu'à ce que le Président décide de la nommer comme Président du conseil d'administration de la Sspp Le Soleil. À cet endroit, par son savoir et ses capacités intellectuelles, le vieux a continué à être utile. C'était un homme de Dieu et un commis confirmé de l'État.»

Abdoul Mbaye, ancien Premier ministre : «Il a énormément contribué en termes de liberté de ton»

«Je suis venu parce que j'ai perdu un proche. C'est Mamadou Wane qui m'a donné épouse. C'est mon beau-père, et donc mon père.

Je sais qu'il a énormément apporté au journalisme sénégalais et africain en termes de qualité, de contenus et de liberté de ton. C'est une perte pour le Sénégal et le monde de la presse particulièrement. Nous lui souhaitons d'être accueilli au plus haut des paradis.»

Abdoulaye Thiam, ancien journaliste au Soleil : «Il a beaucoup fait pour la presse»

«C'est un oncle d'abord. Et j'ai été son collaborateur au journal «Carrefour républicain» pendant une décennie. J'ai également travaillé avec lui quand il était à la Loterie nationale sénégalaise (Lonase) et nous avions encore d'excellents rapports quand il m'a retrouvé au « Soleil ». Il a beaucoup fait pour la presse.

Sur d'autres sujets, il a eu une contribution capitale. Même quand d'autres rédactions avaient des soucis, je voyais Mamadou Tamimou Wane intervenir auprès du Chef de l'État.

Surtout avec le Président Abdou Diouf qui était son ami et cousin. Son départ était inévitable comme celui de tout être ; et aujourd'hui, il nous reste qu'à prier pour que Dieu l'accueille dans son paradis.»

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Le Soleil

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.