Sénégal: Marche contre les violences faites aux enfants - Dans l'indifférence, les manifestants expriment leur ras-le-bol

24 Février 2020

Le Collectif pour la protection de l'enfance a organisé une marche samedi dernier pour dénoncer la série de violences sur cette couche vulnérable. Les manifestants ont dénoncé le silence de la société face à cette tragédie sociale.

Ils étaient peu nombreux malgré la noblesse du combat. En effet, le Collectif pour la protection de l'enfance a organisé une marche pacifique samedi dernier pour dénoncer la série de violences sur des enfants.

Les âmes écœurées étaient une trentaine d'individus à effectuer le déplacement pour s'associer à la manifestation qui a pris départ au rond-point de la Rts pour se terminer à la Place de la Nation. Malgré ce nombre peu élevé, les manifestants ont donné de la voix pour dénoncer ces atrocités. C'est avec une certaine vigueur qu'ils ont manifesté leur ras-le-bol.

Majoritairement composée de la gent féminine, la marche s'est déroulée dans l'ordre et la discipline. Vêtus de pagnes ou de tee-shirts rouges, les manifestants ont entonné en chœur «dafadoy» (ça suffit).

À travers ce cri de cœur, ils ont voulu montrer leur colère face à la recrudescence des crimes, enlèvements et viols que subissent ces âmes innocentes, garçons et filles.

Les regards curieux des passants à hauteur des Allées du Centenaire renseignent sur une certaine indifférence de la société vis-à-vis de ces drames qui se déroulent sous ses yeux.

Sac de voyage en main, un passant assène avec sarcasme : «Vous n'êtes vraiment pas nombreux hein !» Peu de gens ont entendu cette dérision, mais les propos de Sophie Guèye, Présidente de l'association «Les racines de l'espoir», sonne comme une réplique bien habile.

«La quantité n'est pas là, mais la qualité y est. Ceux que le combat contre les violences faites aux enfants tient à cœur sont là. Et je dénonce le mutisme et l'indifférence de la société face à ces atrocités», a-t-elle martelé.

Revenant de l'école de football, Ousmane Diao, un jeune garçon de 13, en tenue de sport, semble être plus consciencieux que ce passant outrecuidant.

Il s'est arrêté pour voir ce qu'il se passait, s'est ému de la noblesse de cœur des manifestants aux brassards rouges et s'est joint à eux pour dénoncer cette situation.

D'une rare précocité d'esprit, il lance : «C'est regrettable. C'est à l'État d'y remédier avec bien sûr la contribution de tous». Aminata Ndiaye, elle, a joué sa partition. Elle a marché et imploré les parents de veiller sur leur progéniture et de la sensibiliser davantage.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Sénégal

Plus de: Le Soleil

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.