Congo-Kinshasa: Football sans stades !

25 Février 2020

La Confédération africaine de football (CAF) menace de fermer le Stade des Martyrs pour non-conformité aux standards internationaux. L'affaire inquiète de plus en plus l'opinion publique. Et pourtant, le football apparaît comme l'unique secteur qui n'a ni coloration politique, ni tribale et moins encore confessionnelle.

Le pays et son peuple méritent-ils cette sanction alors qu'ils peuvent éviter la mise à exécution de la menace proférée par la CAF?

Des voix estiment que le gouvernement congolais ne s'implique presque pas dans la solution du problème. Alors, comment peut-il prétendre développer les disciplines sportives quand la problématique des infrastructures afférentes ne retient pas son attention ?

À l'allure où vont les choses, il faudrait à tout prix craindre le pire. Voici pourquoi. Après un travail d'inspection effectué par l'organe faîtier du football africain, seul le stade TP Mazembe de Lubumbashi est homologué pour accueillir les matches internationaux. Explication : il répond aux normes internationales édictées par la Fédération internationale de football association (FIFA).

La conséquence est que les Léopards joueraient tous leurs matches des éliminatoires de la «CAN Cameroun 2021» et «Mondial Qatar 2022» à Lubumbashi ! Les Kinois se contenteraient de la retransmission TV.

Non, il faut vite réagir. Le sport en général, et le football en particulier, est une activité qui brasse toutes les tendances politiques, confessionnelles. Obliger les Léopards à jouer à Lubumbashi risquerait de les démotiver.

Il n'y a qu'une solution : le gouvernement doit mettre la main à la poche pour retaper le stade des Martyrs, l'arène qui a organisé de grands évènements. Il doit, parallèlement, exiger des audits sur l'affectation des recettes réalisées dans cet édifice, afin d'en améliorer leur gestion.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: Le Potentiel

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.