Congo-Kinshasa: Musique - La diaspora divisée sur le concert de Fally Ipupa à l'ex-Bercy

Fally Ipupa se produira, le 28 février, à Accor Hotels Arena à Paris. Ce sera le premier concert d'un artiste musicien de Kinshasa après seize ans, à la suite d'une sorte de fatwa des "combattants" contre toute production scénique à l'étranger des musiciens congolais.

A trois jours du concert de l'artiste musicien Fally Ipupa, la tension monte d'un cran au sein de la diaspora congolaise plus en plus divisée sur l'organisation ou pas de ce spectacle. Même certains acteurs politiques se sont exprimés sur cette production. D'un côté, certains Congolais veulent voir le chanteur se produire, de l'autre, un groupe des "combattants", conduit par Boketsu premier, s'oppose à la tenue de ce concert et menace même de tabasser l'artiste musicien et tout son groupe s'il le défie en se produisant.

La position des « combattants » est même soutenue à Kinshasa par certains. C'est le cas de Jacky Ndala, l'un des cadres d'Ensemble pour le changement du Moise Katumbi Chapwe qui s'oppose au concert de Fally Ipupa à l'Accor Arena Hôtel, l'ex-Bercy à Paris. Ancien chroniqueur musical devenu acteur politique et opposant d'abord au régime de l'ancien président Joseph Kabila, il encourage l'action des combattants qui lancent une sorte de fatwa aux musiciens congolais qui veulent livrer des concerts à l'étranger. Dans un message publié sur son compte twitter le vendredi 21 février 2020, Jacky Ndala a appelé les combattants à empêcher le concert de l'ancien du Quartier latin de Koffi Olomide. «Combattantes et combattants dans cette lutte pour libération de notre chère patrie meurtrie, ne laissez pas Fally Ipupa se produire. On ne fête pas quand ça tue chez nous », a-t-il écrit. Malgré sa position sur cette production scénique de Fally Ipupa, certains compatriotes et mélomanes soutiennent « leur frère » qui, selon eux, fera la fierté de la nation en jouant à nouveau en Europe.

Ancien "combattant" en France, Rex Kazadi soutient Fally Ipupa pour la production de ce concert. D'après lui, Fally Ipupa remplit les conditions pour jouer en France par rapport aux revendications des "combattants". Invité à l'émission télé B-One Music, il a appelé les Congolais de France et des environs à aller savourer la bonne musique de ce chanteur de charme le 28 février à l'ex-Bercy. Outre Rex Kazadi qui a aussi été rappeur dans sa tendre jeunesse à Paris, quelques artistes musiciens du pays soutiennent Fally Ipupa, notamment celui qui passe pour être son rival, le chanteur Ferré Gola. A ce sujet, Zacharie Bababaswe, patron de la chaine télé Direk TV et du journal Lingala Facile, a indiqué sur youtube : « Ayant appris que Fally Ipupa m'avait envoyé un billet d'avion pour assister à son Bercy, Ferré Gola est venu me demander de transmettre ses encouragements à son frère Fally. Il lui souhaite un franc succès car, renchérit-il, la production de Fally Ipupa rouvrira le chemin des concerts dans de grandes salles d'Europe pour tous les artistes congolais. Je suis fier de Ferré Gola et Fally Ipupa. Congo uni et fort ». Le chanteur Héritier Watanabe aussi a donné de la voix en signe de soutien à Fally pour sa production, ainsi que Koffi Olomide, ancien patron de Fally Ipupa dans Quartier Latin international, et l'autre star de la musique congolaise, Werrason.

Pour sa part, Fally Ipupa reste déterminé pour cette production. Aussi a-t-il lancé un message aux "combattants" en ces termes : « J'ai joué à Beni et à Butembo devant un public important, j'ai offert une ambulance à Bukavu. La musique est jouée à Beni, des bars fonctionnent sur place, malgré les tueries. Je ne pense pas que quelqu'un qui n'a jamais été à Beni peut prétendre aimer cette population plus qu'une personne qui a déjà fait des actions là-bas. Vous ne pouvez rester devant votre ordinateur à 8 mille km de là où se produit les faits, pour prétendre aimer cette population meurtrie. Ça, c'est se moquer d'eux ». Et il a ajouté : « Les "combattants" empêchent les chanteurs qui viennent de Kinshasa de se produire en Europe parce que ces derniers sont faibles. Qu'ils essaient d'empêcher les concerts des artistes comme Maître Gims, Dadju, Hiro, et d'autres qui sont aussi Congolais pour qu'on voit la suite. Laissez venir les mélomanes qui veulent écouter la musique ce vendredi 28 février à Accor Hotels Arena, c'est aussi la démocratie. Là où votre liberté s'arrête, commence celle de l'autre. Vous avez le droit de ne pas assister à mon concert... ».

Pour rappel, cela fait plus de 16 ans que les artistes musiciens de la République démocratique du Congo, spécialement de Kinshasa, ne prestent plus à l'étranger à cause du phénomène "combattants". Et malgré le changement du régime, le président Félix Antoine Tshisekedi ayant succédé à Joseph Kabila au pouvoir, certains combattants continuent de troubler les prestations des musiciens congolais à l'étranger, surtout en Europe.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.