Gabon: Tags sur des bâtiments - La méthode de protestation en vogue

25 Février 2020

Il faut aujourd'hui avoir les yeux rivés sur des bâtiments à Libreville comme à l'intérieur du pays, pour savoir ce que les Gabonais ressentent au sujet des événements qui ont trait à l'actualité politique, économique et sociale.

Ce lundi 24 Février, des tags portants des messages adressés à l'église catholique étaient affichés sur ses murs. La cible était la cathédrale de Sainte-Marie de Libreville. Ce fait n'est pas inédit. On peut même dire sans se tromper, qu'il devient le moyen de protestation à la mode. Nous avons encore en souvenance des tags affichés sur les murs de la BEAC (Banque des États de l'Afrique Centrale) à Port-Gentil en Décembre dernier, ou encore ceux inscrits sur le monument du capitaine Ntchorere en Septembre 2019.

Par cette voie, les populations parviennent à faire passer des messages. Pour le dernier fait en date, l'église catholique a été indexée au sujet de l'affaire dite " Rinaldi". L'un des messages qui illustre la frustration des populations en rapport avec la non réactivité de la sainte maison disait ceci : << Églises du silence aux crimes. Dieu vous jugera >>.

Ces derniers temps, les mouvements de protestation qui se traduisent souvent par des marches sont strictement interdits par les autorités, au nom du trouble à l'ordre public. Pour continuer à se faire entendre, les personnes désireuses de véhiculer un message passent par des tags sur des bâtiments.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Gabonews

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.