Congo-Kinshasa: Sauver des vies grâce à l'énergie solaire

25 Février 2020

Dans des régions reculées de pays comme la République démocratique du Congo (RDC), où les patients doivent souvent parcourir de longues distances pour se rendre à l'hôpital, de nombreux centres de santé sont confrontés à un problème très fondamental: le manque d'accès à l'électricité.

Les équipes de Médecins sans frontières (MSF) font face à ce défi logistique depuis des décennies, s'appuyant généralement sur des générateurs diesel. Mais dans la province du Sud-Kivu, à l'est de la RDC, les équipes de MSF trouvent une solution moins chère, plus efficace et durable grâce à l'énergie solaire.

À Kigulube (Sud-Kivu), où les villages sont dispersés à travers les collines, les gens se déplacent en moto quand ils le peuvent. Sinon, ils doivent marcher, souvent pendant des heures. Les habitants de Kigulube souffrent également des combats entre groupes armés dans la région, ce qui rend les déplacements d'un endroit à un autre encore plus difficiles.

«L'hôpital de Kigulube est au cœur d'une jungle, entouré de mauvaises routes et de chemins remplis de pierres», explique Miguel Balbastre, spécialiste de l'énergie chez MSF. Avant d'ajouter que, «les gens ont du mal à se rendre à n'importe quel poste de soins de santé.» En cas d'urgence, il peut être très difficile pour eux d'atteindre la ville la plus proche avec un hôpital entièrement équipé.

«Les domaines clés pour sauver des vies dans un hôpital sont la salle d'opération et l'unité de soins intensifs, et ceux-ci nécessitent une alimentation électrique continue et fiable», explique Chiara Domenichini, coordinatrice médicale de MSF en RDC.

Les défis des générateurs

Bien que les générateurs soient l'option la plus courante lorsqu'il s'agit de fournir de l'énergie électrique dans des régions éloignées, ils posent de nombreux défis - l'un est l'énorme difficulté de transporter du carburant vers des endroits qui ne sont pas toujours accessibles par des Land Cruisers ou des camions. Le transport du diesel en moto ou par avion est extrêmement coûteux et présente de nombreuses difficultés logistiques.

Bien que l'énergie solaire existe depuis des décennies, jusqu'à présent, les systèmes d'alimentation et les batteries existants la rendaient non viable en termes de prix, de capacité et de durée de vie pour des utilisations telles que l'alimentation d'un hôpital distant dans les collines du Sud-Kivu. Les batteries qui auraient pu être transportées et entretenues dans un environnement aussi difficile n'avaient pas une capacité de stockage suffisante pour garantir le fonctionnement d'équipements biomédicaux complexes sur de longues périodes.

La disponibilité des nouvelles technologies a changé cela. «Nous utilisons des batteries au lithium de dernière génération qui n'ont même pas été commercialisées à grande échelle», explique Balbastre, qui fait partie de l'équipe qui fournit l'énergie solaire à l'hôpital de Kigulube. Avant d'installer un système photovoltaïque à l'hôpital de Kigulube, MSF a ouvert, il y a un an, son premier hôpital à énergie solaire au Sud-Kivu, dans la région de Kusisa, dans la région montagneuse de Ziralo.

Garantir un approvisionnement énergétique continu et autonome

L'installation dans chacun des deux hôpitaux se compose de 100 panneaux solaires et de sept batteries, capables d'accumuler l'énergie nécessaire au fonctionnement des installations pendant deux jours complets. Chacune de ces unités de stockage a une durée de vie d'au moins cinq ans, bien qu'elle puisse être deux ou trois fois plus longue.

Ce type d'assemblage comprend également une unité capable de contrôler à la fois la charge et la libération d'énergie de chacune des batteries, ce qui prolonge considérablement leur durée de vie. De plus, cette unité de contrôle est capable de détecter les anomalies et peut être exploitée à distance avec une connexion Internet, afin que les techniciens puissent surveiller le système de n'importe où dans le monde. Tout est conçu pour garantir un approvisionnement énergétique continu et autonome, mais dans l'éventualité peu probable d'une panne, il existe un générateur diesel de secours prêt à prendre en charge et à maintenir l'alimentation électrique de l'hôpital à tout moment.

«Cette installation à énergie solaire fait une grande différence dans le traitement que nous pouvons offrir aux patients de l'hôpital de Kigulube», explique le Dr Pacifique Kapimbu, directeur de l'hôpital. «Avant, nous devions parfois opérer dans l'obscurité car il n'y avait aucun éclairage au centre. Désormais, toutes les chambres auront l'électricité pour assurer un traitement médical adéquat aux patients », poursuit-il.

Les équipes MSF ont transporté tout cet équipement depuis l'Europe vers un coin reculé de l'Afrique, dans un voyage qui ressemble à une histoire d'aventure. «Les panneaux ont voyagé par bateau le long du canal de Suez en Tanzanie, où ils ont été déchargés au port de Dar es Salaam», explique Balbastre. «De là, ils ont traversé la Tanzanie et le Rwanda par camion jusqu'à ce qu'ils atteignent la ville frontalière de Goma, en RDC. Ils ont traversé le lac Kivu, à nouveau en bateau, jusqu'à la ville de Bukavu, la capitale de la province du Sud-Kivu. Et de là, ils sont allés en hélicoptère dans la région de Mulungu. Et enfin, une cinquantaine de porteurs les ont transportés à l'hôpital » a indiqué Miguel Balbastre .

Le transport et l'installation d'un tel système nécessitent un investissement initial important. Cependant, compte tenu des énormes économies de carburant et du fait de ne pas avoir à transporter de carburant à moto ou en hélicoptère, l'investissement devrait être récupéré en seulement deux ou trois ans.

Après cela, le coût annuel de fonctionnement du système est de 95% inférieur à celui des générateurs. Même lorsque MSF peut avoir besoin de rediriger ses ressources vers d'autres urgences, les dizaines de milliers d'habitants de Kusisa et de Kigulube peuvent continuer d'avoir des hôpitaux fonctionnant à l'énergie solaire.

Comme l'explique le coordinateur médical: «Quand MSF sera parti, ils n'auront pas besoin d'argent supplémentaire et n'auront pas les difficultés habituelles pour faire fonctionner les générateurs... . Nous veillerons à ce que tout l'équipement puisse continuer à fonctionner et à faire le travail nécessaire ».

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Le Potentiel

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.