Sénégal: Lendemains de déguerpissement des marchands et « tals du rond-point libérté 6 - 263 mille F CFA au plus pour un avenir incertain

25 Février 2020

Dans sa lutte contre les occupations anarchiques, le ministre de l'Urbanisme, du logement et de l'hygiène, Abdou Karim Fofana, et son équipe ont continué hier, lundi 24 février, leurs opérations de libération des emprises jusque-là occupées par les commerçants, au niveau du Rond-point Liberté 6.

Trouvés toujours présents dans ce fameux Rond-point qui faisait office de marché, ceux-ci étaient dans un abasourdissement total. Une foule immense, des bagages entassés à gauche et à droite, cachés dans des coins, telle a été la situation qu'on a trouvée sur place.

Dans la nuit, du dimanche, le marché a été ravagé en effet par des bulldozers et des pelleteuses sous la diligence du ministre de l'Urbanisme, du logement et de l'hygiène, Abdou Karim Fofana, après sommation. Les colporteurs et les marchands n'y croyaient toujours pas leurs yeux. Mains croisées derrière le dos, les marchands restaient pantois face à la décision des autorités qui poursuivaient leurs opérations de déguerpissement.

Ce jeune commerçant qu'on a trouvé avec son ami, n'a pas tardé d'ailleurs à manifester son mécontentement envers les autorités politiques. Il déclarera que dans le marché il y a une très grande organisation, des tontines « naats en wolof », entre autres. Et de poursuivre en disant que parmi ces marchands, il y a des gens qui ont déjà des prêts à la banque. « Comment allons-nous faire pour rembourser cette somme ? », se questionnait le jeune commerçant d'un ton attristé.

Dans ce déguerpissement d'ailleurs, la sommation la plus élevée avoisine les 263 000 FCFA. Pour les marchands, cette somme est trop petite pour subvenir à leurs besoins. Dans la foulée, notre interlocuteur qui a préféré rester dans l'anonymat a fait savoir que cette décision de désencombrement qui les affecte est très dure et que « le président de la République ne doit pas oublier que nous sommes des Sénégalais» Sur cette situation, les marchands confient d'ailleurs que la plupart d'entre eux n'ont pas encore reçu leur dédommagement.

De visu, on constate que table rase a été faite du marché du Rond point Liberté 6. Malgré tout, les colporteurs sont toujours là pour intercepter les passants. Avec une main remplie de téléphones, un jeune marchand nous demande si on veut échanger nos cellulaires. « Mais il n'y a personne dans ce marché. Pourquoi êtes-vous là, Monsieur ? ». Et l'homme de répliquer : « Je viens de Colobane, je suis là pour vendre mes téléphones parce que il y aura beaucoup de passants aujourd'hui, je suis venu pour en profiter ». Tout bonnement ! Par contre, pour cet autre jeune marchand, la réponse est pleine de désarroi : « Nous sommes venus parce que nous n'avons pas autre chose que le marché et nous allons continuer de venir tous les jours pour gagner quelque chose».

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.