Afrique de l'Ouest: Afrique/Europe - Charles Michel évoque un sommet sur le Sahel à Bruxelles le 26 mars prochain

Le nouveau président du Conseil européen, Charles Michel, était à Addis-Abeba en Ethiopie où il a rencontré les présidents mauritanien, burkinabè, ivoirien et centrafricain, ainsi que le Premier ministre éthiopien Abbey Ahmed.

A Addis-Abeba, le nouveau président du Conseil européen a pris la température du continent, avant de " repenser les relations Afrique-Europe". Il a écouté les priorités des chefs d'État et de gouvernement, avant de détailler les siennes, notamment la transition énergétique, l'économie digitale et les migrations. Il s'est surtout focalisé sur deux des défis : le Sahel et la Libye, et subsidiairement les élections sur le continent cette année.

Charles Michel a rappelé la place de l'Union européenne (UE) en Afrique, principal partenaire de développement, et l'Europe "comme le continent le plus présent pour soutenir les efforts, spécialement, dans la région du Sahel", citant le sommet de Pau du mois de janvier, entre le président français et ses homologues de la région du Sahel, qui fut " une occasion d'affirmer de manière claire les objectifs de la présence française et européenne dans la région et de constater la demande des chefs d'État de la région pour cette présence et ce soutien".

"Par ailleurs, l'Union européenne entend bien renforcer les moyens", a-t-il martelé, par exemple en assurant la formation des militaires. Il a indiqué qu'un sommet stratégique entre l'UE et les chefs d'État des pays du G5 Sahel est prévu le 26 mars à Bruxelles, " l'occasion de voir de quelle manière on peut, à court, à moyen, à long terme, avoir une stratégie qui soit plus efficace, avec des moyens militaires, de développement et humanitaires". "L'enjeu de cette réunion, c'est d'avoir l'occasion d'un débat pour que chaque pays européen puisse bien mesurer à quel point l'insécurité dans le Sahel est une menace potentielle pour toute l'Union européenne", a-t-il souligné. Il partage l'appel du secrétaire général de l'ONU : financer les projets de développement dans la région du Sahel, s'engager dans la durée à éradiquer la menace terroriste, "l'une des clés du succès".

Autre préoccupation, la Libye et subsidiairement les élections en Afrique. Sur la Libye, Charles Michel y voit qu'une solution politique pour ramener la paix, la stabilité, la sécurité, et que cessent "les interférences de pays étrangers", car "un chemin politique a été décidé, il faut le respecter". Sur les élections, il a souligné la disponibilité de l'UE à envoyer des missions électorales et à soutenir tous les processus qui peuvent assurer leur transparence et conformes à des standards "pour donner de la légitimité aux résultats.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.