Congo-Kinshasa: Eglise de réveil - Le constat amer

opinion

Quand on observe la scène du religieux dans ce pays, on est vite dégoûté par l'amertume que nous laisse cet exercice. On est dans une situation où tout semble être permis, chacun usant de sa ruse, de ses relations pour se faire prévaloir et imposer sa structure dans cette liberté asphyxiante et meurtrière.

Déjà au sein de cette multiplicité des sectes, qui des « Tata pasteurs -fondateurs » a déjà produit en bonne et due forme selon la loi, un dossier renfermant les principes fondamentaux et les lignes maîtresses de son enseignement ? Quel est son apport doctrinal en cette matière ? Et quand bien même cela existerait, comment différencier cet apport doctrinal d'un autre ? Puisque semble-t-il, ces Eglises se proclament pentecôtistes.

Bien plus, à part les attaques et les critiques acerbes que ces «Eglises» lancent contre les Eglises Traditionnelles, la catholique singulièrement, elles ne se démarquent pas d'elle fondamentalement. En effet, dans leur apparaître, du point de vue accoutrement, il est difficile de distinguer un prêtre ou évêque catholique des « Tata pasteurs. »

Au-delà de ce vide doctrinal, les églises de réveil se contentent du bruit, du tapage médiatique, publicitaire et relevant du marketing impropre. Alors que Jésus que les « Tata pasteurs » prétendent suivre, guérissait les malades et les infirmes dans l'humilité totale et parfaite ; pourquoi eux guérissent-ils avec arrogance, tapage et publicité? Pourquoi certains d'entre eux posent-ils le diagnostic, conseillent des bains spéciaux, massent de parties du corps en pommadant, administrent des « fluides magico-fétichiste », préconisent des rapports sexuels avec les adeptes filles ou femmes ?

Et que dire de la prédication au sujet des collectes et des aumônes ramassées outrancieusement et sélectivement? A ce sujet, les « Pasteurs fondateurs » crient haut et fort : « Vendez vos biens et donnez les en aumône. Faites-vous des bourses qui ne s'usent pas, en effet inépuisables dans les cieux, ou ni le voleur n'approche ni mite ne détruit, car où est votre trésor, là aussi sera votre cœur » (Lc 12, 33) Ou encore « Quant à la collecte en faveur des saints, suivez, vous aussi, les instructions que j'ai données aux églises de Galatie. Que le premier jour de la semaine, chacun de vous mettre de côté chez lui ce qu'il aura pu épargner, en sorte qu'on n'attende pas que je vienne pour recueillir les dons. Et une fois près de vous, j'enverrai, munis de lettres, ceux que vous aurez jugés aptes à porter vos libéralités à Jérusalem, et s'il vaut la peine que j'y aille aussi, ils feront le voyage avec moi ». (1 Co 16, 1-4).

A y voir de près, l'expérience montre que la plupart des pasteurs sont à la recherche du pain quotidien qu'il trouve facilement dans l'exploitation de la naïveté des masses kinoises qui cherchent à conjurer le sort de la misère dans laquelle elles vivent. L'expérience montre aussi qu'en général, « les Tata pasteurs » sont presque tous « sectaires » et passent leur temps à se pointer réciproquement le doigt. Et l'absence de doctrine est liée au fait que la plupart n'ont pas, conformément à la loi, une licence ou un doctorat en théologie. Cela étant, ils ont choisi d'exercer dans l'informel parce que là la prière, avec toile de fond la morale chrétienne, constitue la source d'un enrichissement rapide.

C'est donc dans un « flou » politique et religieux que le régime mobutien a assis sa dictature chez ce peuple analphabète, misérable et affamé. Le maréchal du Zaïre avait compris que la religion était « l'opium du peuple » comme l'a démontré Karl Marx. De même que l'Eglise du moyen-âge invitait les serfs à supporter leur sort en leur faisant miroiter les récompenses de la vie éternelle, de même que l'indouisme encourage les « intouchables » de l'Inde à accepter le leur avec résignation, les dirigeants politiques congolais semblent avoir vu clair « que seule la puissance et la miséricorde de Dieu pourront résoudre nos misères et notre crise socio-politique.». C'est ainsi que la masse congolaise est vautrée dans un providentialisme velléitaire qui, non seulement l'endort, mais plus, inhibe son esprit critique.

Aujourd'hui, en matière d'exercice de cultes religieux, tout se passe dans un « vide juridique », dans une dérive spirituelle criante sous les yeux d'un Etat impuissant et complaisant. Tous les « Tata pasteurs » développent et grossissent leur rang en revendiquant leur appartenance à Jésus - Christ quelles que soient leurs intentions cachées et sécrètes. Ce qui leur donne une évidente respectabilité et une insertion sûre dans le tissu social congolais reconnu, peut- être un peu trop, comme « super-religieux » de tous les goûts allant du pentecôtisme, du néo-pentecôtisme au traditionalisme, en passant par les sectes guérissantes, spirites, satanistes... Là on y prie d'une manière remarquable à longueur des Journées au point de remplacer le travail journalier d'au moins huit heures par jour contrairement au premier commandement de Dieu donné à l'homme; celui de développer son imagination créatrice: « Soyez féconds... emplissez... » Aussi, oublie-t-on que c'est après une journée de labeur que Jésus se retirait pour prier et se disposait à mieux faire la volonté du Père. Nous croyons qu'il est ainsi pour tout homme normal.

Professeur Jean Kambayi Bwatshia

Directeur du Centre de Recherche sur

les Mentalités et l'Anthropologie Juridique « Eugemonia »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.