Congo-Kinshasa: Chez Muzito, les jeunes ressortissants de l'Est plaident pour la fin des tueries

Au-delà des couleurs politiques se cache, dans certains compatriotes, un véritable espoir de faire renaître la paix dans l'ensemble du territoire national. Ce qui explique la série de rencontres que les jeunes ressortissants de l'Est du pays vivant à Kinshasa ont entamés le week-end avec les principales formations politiques du pays.

Le premier sur la liste était la plateforme Lamuka, dont l'actuel coordonnateur, Adolphe Muzito, a longuement échangé avec la jeunesse sur les tueries persistantes des civils dans la région de Beni et l'insécurité dans toute la partie orientale de la RDC.

Ensemble, avec Martin Fayulu et Lisanga Bonganga présents à cette réunion, ils ont discuté sur le retour de la paix dans cette région, en y proposant des pistes de solutions.

Dans cette optique, ces jeunes entendent rencontrer également la coalition au pouvoir, le Front Commun pour le Congo et le Cap pour le Changement, pour les mêmes démarches. Plusieurs manifestations des ressortissants de l'Est du pays sont déjà organisées à Kinshasa pour exiger le retour de la paix dans l'est, en général, et à Beni, en particulier, où des milliers de civils ont été tués depuis près de six ans par des combattants ADF.

Adolphe Muzito, lui, reste convaincu que la recherche de la paix devrait obéir à un «pouvoir légitime» au sommet de l'Etat. "Il s'agit d'un problème citoyen qui touche la souveraineté de notre peuple. La question de la guerre et de l'insécurité à l'Est ne peut prendre fin que si nous avons un Etat souverain qui repose sur les institutions qui incarnent la légitimité du peuple. Malheureusement, tel n'est pas le cas. Notre pays a besoin de retrouver la légitimité. Tant qu'on aura à la tête du pays un pouvoir illégitime qui ne peut pas mettre en place une armée républicaine, la guerre à l'Est va perdurer. Il faut des réformes pour qu'on aille vers la vérité des urnes à travers les élections. Seul un pouvoir légitime peut finir la guerre à l'Est", a laissé entendre le coordonnateur de Lamuka.

Ces atrocités dans cette partie du territoire n'ont fait que trop duré, en effet, et une solution va rapidement être mise en place, espère-t-on, par le chef de l'Etat qui en a fait son crédo, pour rétablir la paix dans la région de l'Est du pays.

Cette démarche des jeunes ressortissants de l'Est de la RDC se justifie ainsi par rapport aux tueries qui se passent chaque jour dans cette partie. "On a rédigé un mémorandum que nous sommes en train de déposer dans différentes institutions. Après la CENCO et le CNSA, nous venons aujourd'hui rencontrer la direction de Lamuka. Martin Fayulu et Adolphe Muzito sont favorables quant à notre procédure pour ramener la paix à l'Est. Nous pensons qu'il faut un dialogue national et inclusif où tous les congolais doivent se réunir pour parler de la paix à l'Est de la RDC. Et cela n'aboutira pas à un partage du pouvoir. Les dirigeants de Lamuka ont a accepté nos pistes des solutions et nous ont donné leur vision pour le rétablissement de la paix à l'Est", a souligné Alain Shukuru, chef de la délégation des ressortissants de l'est du pays.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.