Sénégal: Atelier de l'ansts sur les methodes spectroscopiques - Les scientifiques s'ouvrent aux nouvelles pratiques de l'industrie

25 Février 2020

La science de la spectroscopie a fait l'objet hier, lundi 24 février, d'une séance de réflexion et de partage d'expérience entre chercheurs de l'Académie nationale des sciences et techniques du Sénégal (Ansts) et le Réseau des académies des sciences des pays membres de l'organisation de la conférence islamique. La rencontre s'est tenue à Dakar.

La spectroscopie est l'étude expérimentale du spectre d'un phénomène physique, c'est-à-dire de sa décomposition sur une échelle d'énergie, ou toute autre grandeur se ramenant à une énergie. Elle peut être utilisée dans le domaine de la santé, de l'agriculture, de l'industrie, bref pour le développement de l'économie. Selon les scientifiques des pays membres de l'organisation de la conférence islamique (Nasic), de la Commission des sciences et technologies pour le développement durable du Sud (Comsats) ainsi que de l'Académie nationale des sciences et techniques du Sénégal, ledit outil peut être d'une utilité indispensable dans presque tous les secteurs d'activités de la vie professionnelle.

En atelier international à Dakar hier, mardi sur le thème : «les avancées récentes des méthodes spectroscopiques : application dans l'industrie et l'agriculture», le Président de Nasic, le professeur Khalid M. Khan dira : «la spectroscopie a différentes utilisations dans différents domaines du secteur de développement pour déterminer les micros et macro molécules. Cette rencontre va aider les scientifiques à pouvoir partager, s'entraider, collaborer entre chercheurs».

Pour le représentant du ministre de l'Enseignement supérieur par ailleurs directeur de la recherche et de l'innovation, cette réflexion arrive à l'heure sur un outil qui peut permettre de révolutionner l'économie du pays dans plusieurs domaines. «La maitrise de la fourniture agricole nécessite beaucoup de connaissances et de moyens. La spectroscopie est une méthode expérimentale qui est fiable, rapide, ce qui explique le besoin croissant d'avoir des personnes bien formées dans ce domaine et par ricochet ouvrir la porte à d'autres emplois», a souligné Thierno Gaye.

Du côté de l'Académie nationale des sciences et techniques du Sénégal, le professeur Doudou Ba a soutenu que la tenue de cet atelier entre dans le cadre d'une de leur mission qui est d'accompagner les autorités dans le cadre de leur processus de développement économique durable. «L'atelier a été organisé pour pouvoir former un personnel de qualité sur les méthodes spectroscopiques mais également pouvoir maitriser la qualité de ce que nous produisons dans le domaine de l'agriculture et de l'industrie afin d'être plus compétitif dans le marché international», a-t-il fait comprendre.

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.