Sénégal: Sédhiou/ziarra annuelle de feu cheick Sanoussi Sall de Diareng - Paix, cohésion sociale et éxtinction du coronavirus au menu des priéres

25 Février 2020

Comme à l'accoutumée, les descendants de Abass Seydi Sall et de Sanoussi Sall de Diareng, en plein cœur du Pakao, ont commémoré le rappel à Dieu de leurs pères fondateurs, sous l'angle de l'exploration des œuvres et missions du sceau des Prophètes Seydina Mohamed (PSL).

L'occasion a été mise à profit par les fidèles pour porter à nouveau le plaidoyer en faveur de la construction des infrastructures sociales de base. Des prières sont par ailleurs formulées pour la paix définitive en Casamance, la cohésion sociale et l'extinction de l'épidémie du coronavirus déclaré en Chine et qui s'épaissit de par le monde.

C'est en effet une fin de semaine marquée par des prières en la mémoire de Cheikh Sanoussi Sall de Diareng, en plein cœur du Pakao. Les fidèles ont convergé de plusieurs régions du Sénégal, mais aussi de la sous-région ouest africaine, pour revisiter son œuvre parfaitement attachée aux préceptes du Coran et de la Sunna du Prophète Mohamed (PSL). Dressant l'historique de l'installation de la famille Seydi Sall en Casamance, Saloum Seydi Sall, le porte-parole de la famille, fait observer que «le fondateur de cette famille s'appelle Abass Seydi Sall. Il a quitté Louga pour venir s'installer en Basse Casamance, dans un village qui s'appelle Kossobinor, entre Bani et Soumboundou, sur la rive gauche du Fleuve Casamance».

Saloum d'ajouter qu'il a envoyé ses cinq fils à travers l'Afrique pour la «quête du savoir et l'expansion de l'Islam. Et, ici, nous devons notre descendance à Cheikh Sanoussi Sall de Diareng. Cette année, notre thème est centré sur le Prophète Mohamed (PSL). Quelles sont ses œuvres et quelle était sa mission». Cette année, et comme les précédentes éditions, les fidèles de Diareng ont posé à nouveau des doléances qui leur tiennent à cœur et qui nous sont énumérées ici par le porte-parole de la famille, Saloum Seydi Sall. «L'électricité n'est pas suffisante dans notre village et nous manquons de routes carrossables pour assurer une bonne mobilité des personnes et des biens.

De même, nous sommes confrontés à un réel problème d'eau car l'eau ne coule pas dans nos robinets». Et, en des occasions pareilles de ziarra, souligne avec force Saloum Seydi Sall, «c'est une souffrance énorme pour avoir le liquide précieux. Nous avons également des cités religieuses et darras modernes. Et, pour cela, nous sollicitons et continuons à solliciter les pouvoirs publics ainsi que les ONG et autres bonnes volontés à nous aider à la réalisation de ces doléances», dit-il, au nom de la famille Seydi Sall de Diareng.

En réaction par rapport à toutes ces doléances, le sous-préfet de Karantaba a rassuré de toute l'attention du pouvoir central sur les besoins vitaux des populations, rappelant que des plans et programmes de prise en charge sont en cours. Des maires et présidents de conseils départementaux étaient bien représentés à cette journée de prières pour la paix définitive en Casamance, la concorde nationale et l'extinction de l'épidémie du coronavirus qui endeuille la Chine et certains pays.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.