Angola: Un juge angolais souligne la recherche de la paix sociale

Alger — Le président de la Conférence des juridictions constitutionnelles africaines (CJCA), l'Angolais Manuel Miguel da Costa Aragão, a défendu, ce lundi, à Alger, que la recherche de la paix sociale devrait être une préoccupation des pouvoirs publics de tous les pays africains.

Le président de la Cour constitutionnelle de l'Angola s'exprimait lors d'une table ronde à l'occasion du trentième anniversaire de la création du Conseil constitutionnel d'Algérie, qui s'est déroulé du 23 au 24 de ce mois.

Manuel Aragão a fait allusion à un "désir manifesté" de veiller à ce que "les relations entre les personnes physiques ou morales elles-mêmes ou avec les autorités publiques soient souvent menées pour garantir la paix".

Dans le cas spécifique de l'Angola, il a souligné que cette recherche de pacification des relations sociales s'explique par le fait que le pays a connu une «longue période» de conflit armé.

Dans sa thèse, Manuel Aragão déclare que les cours constitutionnelles africaines peuvent, à des degrés divers, contribuer à pacifier l'espace public et à instaurer un climat de paix sociale durable.

Cette réalité, selon lui, doit se produire à la fois dans les relations entre les acteurs de la vie politique et dans les relations entre les institutions et les citoyens.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.