Congo-Kinshasa: Scandale du siècle à la Miba - Des diamants d'un milliard de dollars américains bradés pour 30 millions

25 Février 2020

Le Conseil d'Administration de la Miba (Minière de Bakwanga) a signé dernièrement un contrat avec la firme roumaine dénommée « AM Developments International », pour un appui financier de 200 millions de dollars américains, destinés à la relance de sa production.

Ce partenariat était cautionné par le ministre du Portefeuille, Clément Kwete. A première vue, l'espoir de la résurrection de cette entreprise minière d'économie mixte paraissait acquis.

Mais, au fil du temps, cet investissement vient de montrer rapidement ses limites à travers la première intervention financière de « AM Developments International ». On apprend que cette société roumaine, dont la spécialité est avant tout la « construction », s'est invitée dans le secteur minier pour les besoins de la cause. Fait troublant dans le dossier, elle vient de libérer, sans condition, un chèque de 30 millions de dollars américains, « déclaré » non remboursable.

Selon ses responsables, cette somme devrait servir à la liquidation des commissions et rétro-commissions, des arriérés des salaires ainsi que des indemnités réclamées par la société canadienne BGM, dont le contrat venait d'être résilié pour cause de doute sur sa capacité financière et technique d'aider la Miba à relancer sa production.

A en croire des sources bien informées, l'investissement de « AM Developments International » devrait s'arrêter aux 30 millions de dollars américains sabs plus. Les mêmes sources soutiennent que l'agenda caché de cette firme roumaine et ses parrains congolais est de faire main basse sur le « Massif 1 du Polygone Minier » de la Miba, à Mbuji-Mayi, ciblé comme premier site d'exploitation. Or, selon des études géologiques en souffrance dans les archives de cette entreprise d'économie mixte, les réserves de diamants qui dorment dans le « Massif 1 » sont évaluées, au minimum, à un milliard de dollars américains.

En réalité, « AM Developments International » a mis précipitamment sur la table 30 millions de dollars américains, dans l'intention de contrôler des gisements des pierres précieuses pesant plus d'un milliard de dollars américains.

Selon des experts en géologique, si ce contrat n'est pas urgemment dénoncé et résilié, la RDC aura bradé ses bijoux de famille, avec la complicité du ministère du Portefeuille, et pourquoi pas des Mines. D'où, l'exigence de la mise sur pied d'une commission de contrôle devant comprendre des experts de la Présidence de la République, du Gouvernement et du Parlement, pour faire échec à cet hold up minier du siècle.

Des cadres et agents de la Miba, qui gardent un amer souvenir de la Sengamines (2002-2004), la société zimbabwéenne créée de toutes pièces sous le régime 1+4, préviennent que le scénario ficelé par AM Developments International est pratiquement une copie améliorée de cette autre opération de pillage des diamants de la RDC.

On laisse entendre que les contrats parrainés par le ministère du Portefeuille, entre la Sokimo et RJ Ressources, ainsi qu'entre Kibali Gold Mine et la même société, s'inscrivent dans le même schéma du bradage des mines d'or congolaises. A cet effet, le député national Roger Abotome vient d'ailleurs de déposer cinq questions écrites à charge du ministre Clément Kwete, sur le bureau du presidium de l'Assemblée Nationale. La rentrée parlementaire de mars 2020 s'annonce chaude.

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: Le Phare

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.