Sénégal: Thiès - Des retraités de DBF réclament leurs indemnités de départ

Thiès — Le Collectif des retraités d'août 2018 de Dakar Bamako Ferroviaire a réclamé mardi, l'application de clauses signées le 7 février avec la tutelle, lesquelles devaient ouvrir la voie à un paiement, dix jours plus tard, d'indemnités de départ à la retraite chiffrées à plus 444 millions de francs Cfa.

Les membres dudit collectif ont notamment, lors d'un point de presse devant le siège de Dakar Bamako ferroviaire, invité les autorités à mettre en application leurs engagements.

Restés presque deux ans sans recevoir leurs pécules, les 87 cheminots partis à la retraite depuis août 2018, ont indiqué avoir saisi toutes les autorités administratives locales et des autorités religieuses, ainsi que le chargé des affaires ferroviaires de DBF.

Treize d'entre eux sont décédés depuis lors, a noté le coordonnateur de la structure Alioune Sow.

A l'issue de leur dernière rencontre, le 7 février, le ministre des Transports Oumar Youm s'était engagé à saisir son collègue du Budget et des Finances, afin qu'ils travaillent "en symbiose" à la résolution du problème, a rappelé le président du Collectif Arona Djigui Diagne.

"Il nous avait promis de nous revenir 10 jours après la rencontre pour nous informer de l'état d'avancement du processus de paiement", a-t-il fait savoir.

"Jusqu'à présent, on s'est rendu compte que rien n'a été fait", a-t-il déploré lors de cette rencontre avec les journalistes visant à "interpeller encore" le ministre de tutelle, "avant de procéder à l'acte suivant" d'un plan d'action.

Le coordonnateur du collectif Alioune Sow a évoqué les difficultés sociales des familles de retraités, lesquelles touchent des pensions "dérisoires", notamment celles dont le chef est décédé.

"Nous allons user de tout ce qui est normal", a dit Arona Djigui Diagne, se gardant toutefois de dévoiler le prochain acte de leur plan d'action. "Une fois plongé dans cet acte-là, nous ne reculerons plus", a-t-il promis.

M. Diagne a indiqué s'être entretenu avec l'administrateur général de DBF, Kibily Touré, qui lui avait expliqué que l'examen de la question avait été retardé par la visite du Premier ministre canadien dans la première semaine, et dans la seconde semaine, par l'absence du ministre de tutelle du territoire national.

De son côté, l'administrateur général de DBF, Kibily Touré, a indiqué à l'APS que l'Etat du Sénégal restait "très sensible" à la "situation malheureuse" de ces personnes du troisième âge arrivées "à un moment difficile de leur vie".

Il a insisté sur le fait que le dossier était "examiné au plus haut niveau pour trouver des solutions efficaces et rapides".

Kibily Touré a ajouté que le ministre des Transports Oumar Youm, allait évoquer la question mercredi en Conseil des ministres, conformément à un engagement pris lors d'une rencontre avec les retraités de DBF tenue le 7 février.

Son département étant un "ministère technique", il devait s'en rapporter au Chef de l'Etat et au ministre du Budget et des Finances, a-t-il expliqué.

L'Etat du Sénégal est en train de chercher d'autres solutions pérennes à la situation des cheminots à la retraite, héritée de gestions passées, a laissé entendre l'administrateur de DBF.

A ce jour, les indemnités de retraite dues aux anciens cheminots se chiffrent à "plus de 650 millions de francs CFA", au titre des années 2018, 2019 et 2020, a-t-il dit, soulignant au passage que ces compensations étaient évaluées à 194 millions de francs pour l'année 2020.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Sénégal

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.