Ile Maurice: Allégations d'escroquerie - Allen Vincatassin aurait vendu à Rs 12 M une maison valant Rs 25 M

25 Février 2020

L'affaire concernant le cas d'escroquerie à l'encontre de Marie Lucienne Anodin. une Mauricienne de 83 ans, a débuté le mercredi 5 février à la Snaresbrook Crown Court. Allen Vincatassin, président du Diego Garcia and Chagos Island Council, Sandeeren Mareemootoo, Yiliana Hengari et Marie Dorothee ont comparu dans le cadre d'un procès pour fraude sur trois charges -fraud, conspiracy to defraud et fraud by abuse of position.

On reproche à Allen Vincatassin d'avoir escroqué la vieille dame. La firme londonienne Lambeth Solicitors, ayant comme directeur Me Bushan Deepchand, représente les intérêts de Marie Lucienne Anodin et de son fils, Laval Nallacouty, qui s'est rendu en Angleterre comme témoin de la couronne dans l'affaire.

L'histoire commence en 2016 quand les quatre présumés accusés ont vendu la maison en Angleterre de Marie Lucienne Anodin avec des bénéfices et ont détourné de l'argent de son compte bancaire pour la somme de 88 000 livres sterling, soit Rs 4 millions. Selon le journal anglais The Argus, Allen Vincatassin est accusé d'avoir utilisé son influence pour persuader la veille dame de signer les droits pour vendre sa maison, située à Newham, en 2016. Il aurait vendu la maison de cette dernière pour 300 000 livres sterling, soit près de Rs 12 millions, à une société immobilière, alors que la maison valait Rs 25 millions.

Âgée et vulnérable

The Argus rapporte que Sandeeren Mareemootoo, connu comme Jason, a induit la veille dame en erreur en lui faisant croire qu'il pouvait gérer son compte bancaire. Il a ainsi fait des retraits bancaires du compte de celle-ci pour 58 000 livres sterling, soit Rs 2 700 000. Le procureur Alan Gardner, à la Snaresbrook Crown Court, a déclaré : «Cette affaire concerne une fraude perpétrée contre une dame âgée et vulnérable. Elle est devenue victime de fraude parce qu'elle était relativement riche. Elle possédait une maison à Londres et avait d'importantes sommes d'argent en dépôt dans ses comptes bancaires.»Sandeeeren Maureemootoo est aussi accusé d'avoir séquestré l'octogénaire dans une petite chambre à Crawley.

Par ailleurs, Laval Nallacouty a été appelé à témoigner en cour le vendredi 14 février. Mais à mi-chemin de son témoignage, il s'est senti mal et a dû être transporté d'urgence à l'hôpital en ambulance pour y recevoir des soins. Entre-temps, son avocat, Me Bushan Deepchand, a fait trois propositions à la cour lui demandant de traiter son client comme un témoin vulnérable; d'entendre son témoignage dans un tribunal au rez-de-chaussée; et de donner des pauses fréquentes et plus longues à son client pour lui permettre de récupérer.

Le tribunal ayant accepté ces propositions, Laval Nallacouty a pu donner son témoignage le mercredi 19 février. Me Deepchand a déclaré ne pas pouvoir donner un compte rendu du témoignage de son client ou de ce qui a été dit et discuté en cour. Le but principal est d'éviter de causer un préjudice aux accusés. Le procès se poursuit sur environ trois semaines.

Nous avons contacté Allen Vincatassin sur son portable, mais il s'est abstenu de tout commentaire vu que l'affaire est en cour. Il a toutefois dit qu'il ferait une demande à son avocat pour voir si ce dernier peut faire une déclaration à ce sujet.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.