Ile Maurice: Ambiance - Shakeel Mohamed, «You did not seem to hear whenever (le PM) made comments»

25 Février 2020

Le successeur de Maya Hanoomanjee a hurlé son autorité au sein de l'hémicycle, à l'heure des questions supplémentaires durant la PNQ, hier. Sooroojdev Phokeer est sorti de ses gonds après de vifs échanges entre le député rouge Patrick Assirvaden et le ministre de l'Infrastructure nationale, Bobby Hurreeram, sur fond d'allégations de commissions.

Le président du Parti travailliste (PTr) est le premier à lancer le mot «commission» lorsque le leader de l'opposition demande au ministre Alan Ganoo pourquoi le plan original, qui prévoyait un tracé surélevé du métro, n'a pas été appliqué. Bobby Hurreeram rétorque aussitôt à Patrick Assirvaden :«Komision avek lanpoul.» C'est là que tout part en vrille. Avec des remarques comme «bouffon», «ki komision», «bachara» lancées par les deux parties.

Sooroojdev Phokeer, rappelant uniquement le président du PTr à l'ordre, doit, au bout de la troisième fois, se mettre debout et hurler : «Taisez-vous svp. Laissez le ministre répondre.» Le plus calmement possible, le député rouge du n°15 (La Caverne-Phoenix), lui sort alors : «Pourquoi vous hurlez?» Le speaker ne se laisse pas démonter : «C'est vous qui hurlez. Taisez-vous!»

Autour du Whip de l'opposition Shakeel Mohamed, d'entrer dans la danse: «Honorable Hurreeram was also shouting. Why don't you see him ?» Sooroojdev Phokeer répondra alors que sa décision ne doit en aucun cas être remise en question.

De son côté, Patrick Assirvaden n'en a pas fini. Son «komision pé marsé» adressé à l'autre côté de la chambre est la goutte d'eau de trop. Ce qui lui vaut, plusieurs fois, un: «Ce sont de graves allégations. Venez avec des documents pour les justifier. You withdraw! No explanation!», d'un Sooroojdev Phokeer debout et le ton toujours criard.

Au point où Patrick Assirvaden tente de détendre l'atmosphère en plaçant : «Asseyez-vous pour que je puisse me mettre debout.» Le speaker obtempère mais ne veut entendre aucune explication du président du PTr. «Retirez vos propos et sans conditions.» Ce que fera finalement Patrick Assirvaden après un «je n'ai pas le droit de dire un mot ici dans cette chambre?»

Sauf que le chapitre sur les allégations de commission est loin d'être clos. Alors qu'Alan Ganoo poursuit avec sa réponse, cette fois-ci, c'est le chef du gouvernement qui l'interrompt sur un point de droit, pour demander au président de la chambre que Patrick Assirvaden retire le commentaire «al dimann to Premié minis» que le parlementaire rouge venait de lancer.

Alors que Sooroojdev Phokeer le somme à nouveau d'obéir, Patrick Assirvaden persiste et signe :«Le Premier ministre dans une conférence de presse a fait référence à des commissions.» Pravind Jugnauth, ne rigolant pas, demande maintenant que ces propos soient également retirés.

Mais Shakeel Mohamed ne l'entend pas de cette oreille, lançant un «to memwar inn gagn bézé» à l'intention du chef de la majorité. Au tour de ce dernier de lui rétorquer: «Al dimann to papa.» Le Whip de l'opposition entonne aussitôt :«Al dimann to papa twa si.»

Venant à la rescousse de son camarade de parti, le leader de l'opposition réclame que Pravind Jugnauth retire lui aussi les «unparliamentary comments» vis-à-vis du whip de l'opposition. Ce que récuse Sooroojdev Phokeer.

Shakeel Mohamed fait alors remarquer au speaker : «You did not seem to hear whenever he (le PM) made comments. You did not seem to hear when Honorable Hurreeram made comments but you hear very well everything else.» Le president de la chambre bouclera alors la boucle avec : «I can hear very well when there are serious allegations and this is unparliamentary and cannot be tolerated in the house.»

Vers 20h 30 hier, le Parlement a été ajourné à vendredi, 15 heures.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.