Burkina Faso: Fonds de développement communal - Les activités de la phase III lancées au Centre-Est

26 Février 2020

Le gouverneur de la région du Centre-Est, Antoine Ouédraogo, a dirigé le mardi 18 février 2020 à Tenkodogo, les travaux de l'atelier-bilan sur la mise en œuvre des phases I et II du Fonds de développement communal (FDC) et du lancement des activités de la phase III du fonds.

En vue d'appuyer la décentralisation, la République fédérale d'Allemagne et le gouvernement burkinabè ont, à la suite du FDC I et II, signé une convention de financement du FDC phase III pour une durée de trois ans pour un montant de 6 559 570 000 FCFA dont 3 784 871 890 FCFA pour le FICOD.

Lors de la dernière session du comité d'octroi, dix projets ont été retenus pour le compte du FDC III, pour un coût de 697 402 569 F CFA.

La subvention du FICOD est de 657 553 038 F CFA et la part contributive des communes bénéficiaires des projets est de 39 849 531 F CFA. La mise en œuvre des activités se fait suivant un Plan de travail triennal, décliné annuellement par des Plans de travail annuel et budgétaire.

Dans la convention séparée du FDC III, qui décrit les activités à mener, il est prévu que le FICOD et le FPDCT conduiront leurs « activités et opérations dans le respect des lois et réglementations nationales, applicables en matière d'environnement, de santé, de sécurité au travail et social ».

A cet effet, il est fortement recommandé aux promoteurs (FICOD et FPDCT) d'élaborer et de mettre en œuvre un Cadre de gestion environnemental et social (CGES) et aux communes bénéficiaires

de se conformer à ces exigences environnementales et sociales. Cette approche traduit la prise en compte de la volonté de l'Etat burkinabé de réorienter le financement de la décentralisation par la mise en place d'un Fonds national de financement de la décentralisation et une déconnexion progressive de l'approche- projet de financement de la décentralisation.

« La possibilité est désormais donnée aux communes de faire la maîtrise d'ouvrage directe, seulement si elles disposent d'un technicien en génie civil ou en BTP, ayant les compétences requises d'accompagner, de contrôler et de superviser techniquement un chantier.

Les différentes communes bénéficiaires des projets, sont tenues de veiller à ce que les engagements pris par les entrepreneurs dans le cadre de l'exécution des chantiers prennent en compte l'aspect environnemental et social », a indiqué le coordonnateur national du FICOD, Abdoulaye Zongo.

Le gouverneur, Antoine Ouédraogo, a exhorté les différents acteurs à offrir leurs disponibilités et leurs engagements pour que cette phase III du FDC soit au mieux, mise en œuvre. « Ce qui va conditionner la mise en œuvre de la phase IV du projet que la République fédérale d'Allemagne s'apprête à accorder à notre pays », a-t-il ajouté.

Abdoulaye Zongo a, dans cette vision, invité les maires, les Services techniques déconcentrés (STD), ainsi que les partenaires intervenant dans le domaine de la décentralisation, à s'approprier ces projets afin que leurs mises en œuvre soient une réussite sur le terrain.

Dix nouvelles communes éligibles aux financements du FDC rejoignent les 12 déjà bénéficiaires des 30 communes que compte la région du Centre-Est. La zone d'intervention du FDC / FICOD couvre les communes des régions du Sud-Ouest, de l'Est et du Centre-Est.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sidwaya

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.