Congo-Kinshasa: Le diable tiré par la queue !

C'est une bombe comme seul Kyungu wa Kumwanza sait en larguer au moment où l'on s'y attend le moins. Devant les médias conviés au siège de son parti à Lubumbashi, le patron de l'UNAFEC n'y est pas allé par le dos de la cuillère.

Il a affirmé détenir des preuves selon lesquelles tous les gouverneurs PPRD (et ils sont plus d'une vingtaine) sont tenus de verser mensuellement un écot de 1 million de dollars destinés à entretenir le fonctionnement du parti de Joseph Kabila. Des fonds prélevés, selon lui, sur les recettes réalisées par les provinces. Il se réserve, du reste, le droit d'en fournir des preuves en temps voulu.

Une déclaration qui rappelle bizarrement celle faite, il y a trente ans, par Nguza Karl-I-Bond qui affirmait connaître l'emplacement des charniers où l'auraient été enfouis les corps des étudiants massacrés par la Division spéciale présidentielle (DSP) sur le campus de l'Université de Lubumbashi lors de ce qui est connu sous le nom d'opération Lititi Mboka, dans la nuit du 11 au 12 mai 1990. Bien entendu, l'homme a été confondu depuis, et il n'a pas emporté son secret dans sa tombe. Puisque de secret, il n'y en a jamais eu. Mais, l'on se souvient encore quelles ont été les conséquences catastrophiques de cette sortie sur les relations internationales entre le Zaïre et la communauté internationale.

A propos du million de dollars détourné chaque mois au profit des caisses du PPRD, des interrogations viennent tout de suite à l'esprit. De la vingtaine de provinces administrées par le PPRD, combien sont en mesure de mobiliser cette somme, voire la moitié, ou même le quart ? Le PCA nommé de la SNCC, qui attend toujours sa lettre de notification, n'ignore pas que des gouverneurs de provinces battent le pavé de la capitale à la recherche de frais de fonctionnement qui leur sont versés avec la plus grande parcimonie. Que des ministres provinciaux tirent le diable par la queue, et que les assemblées provinciales sont au bord de l'asphyxie. Bien plus, que des ministères du gouvernement central manquent de papiers en-tête ; que des grosses cylindrées ministérielles tombent souvent en panne sèche en plein cortège officiel...

Kyungu wa Kumwanza, généralement reconnu pour être diaboliquement futé ne parle, pourtant, pas au hasard. Sauf que cette fois-ci, il s'est contenté de lancer un ballon d'essai, dans l'attente de la réaction de ceux qui se sentiraient morveux. Et, ils ne sont pas loin. Car, les personnalités qu'il vise l'ont longtemps côtoyé au sein de l'ancien parti présidentiel. Ils connaissent l'homme et savent à quoi s'en tenir.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.