Maroc: Cap sur la production décarbonée

Le Maroc a réalisé 42% de taux d'utilisation d'énergies renouvelables par rapport à la consommation globale d'énergie

"Quelle énergie pour l'industrie marocaine ?" est la thématique retenue pour la 4ème édition des Matinées de l'industrie qui a suscité l'engouement, comme une pomme que l'on croque à pleines dents, de plus de 800 participants. L'un des moments forts de cette édition, qui a réuni à Casablanca 25 experts de divers horizons, est le keynote de clôture donné par le ministre de l'Industrie, du Commerce et de l'Economie verte et numérique, Moulay Hafid Elalamy, indique un communiqué des organisateurs.

Pour faire bon poids, bonne mesure, la quatrième édition des Matinées de l'industrie s'est penchée sur un thème fort important pour le tissu économique et industriel marocain : l'énergie. Une édition réussie de par le nombre croissant des participants, la qualité des experts venus de plusieurs horizons pour échanger et débattre des enjeux de l'énergie dans l'industrie, souligne la même source.

Mis à part les trois panels organisés lors de cette édition, les Matinées de l'industrie ont été marquées par le keynote donné par M. Elalamy. Ce dernier, dans son allocution de clôture, a rappelé le chemin parcouru par le Maroc pour devenir un pays industrialisé, rapporte la MAP. "Nous avons mis en place une vision pilotée par SM le Roi Mohammed VI parce l'industrialisation d'un pays ne se fait pas sans ce cadre-là. Cela prend des décennies d'incertitude, de positionnement, de réussite et de correction de tirs...", a-t-il dit.

"Nous avons aussi réfléchi à mettre nos secteurs industriels ensemble en intégrant la notion d'écosystème. Nous avons décidé ensuite d'accompagner l'amorçage de l'industrie par un fonds dédié, qui a été doté grâce à SM le Roi de 20 milliards de dirhams, de dons d'accompagnement des industriels", a-t-il soulevé.

Selon le ministre, le Maroc est devenu un véritable concurrent pour bien des pays, devenant leader africain devant l'Afrique du Sud. "Nous sommes en train de titiller pas mal de pays européens et nous avons renversé la balance commerciale avec quelques pays", a-t-il ajouté.M. Elalamy a affirmé que le Maroc devrait être un pays industrialisé. "Nous n'avons pas le choix. Nous y allons à pas forcés avec un regard vigilant de SM le Roi", a-t-il souligné, notant que l'objectif est d'augmenter le taux d'intégration dans le secteur de l'automobile par exemple.

M.Elalamy a souligné les réalisations dans ce secteur en termes d'intégration en profondeur. "Cela a nécessité un travail d'arrache-pied pour que ce soit réalisable. Pour y arriver, il faut passer de 60 ou 85% de taux d'intégration dans le secteur de l'automobile, le premier secteur d'exploration au Maroc tous secteurs confondus : 77 milliards de dirhams en 2019 et l'objectif est d'atteindre 100 milliards d'euros".

En termes de compétitivité dans le secteur, il reste encore beaucoup à faire tant qu'il y a, selon Moulay Hafid Elalamy, deux pays majeurs qui "nous battent encore", à savoir la Chine et l'Inde."Toutes ces industries sont énergivores, consomment beaucoup d'énergie. Il faut les réaliser et être compétitif à la fois. Et si notre industrie au Maroc pouvait devenir décarbonée?", s'interroge le ministre. Et d'ajouter : "SM le Roi avait lancé les énergies renouvelables. Personne n'y a cru. Cela a été difficilement imaginable. Cela paraît un projet qui ne correspond pas au Maroc".

Cela dit qu'aujourd'hui, le Maroc a réalisé 42% de taux d'utilisation d'énergies renouvelables par rapport à la consommation globale d'énergie. L'objectif est d'atteindre 52% dans l'horizon 2030. "Nous sommes aujourd'hui en train de passer en dessous de l'énergie fossile, tandis que l'éolien est d'ores et déjà acquis. Ceci veut dire qu'il est possible que le Maroc décide d'orienter son énergie renouvelable vers son industrie. Cela veut dire aussi que les produits peuvent être décarbonés. Peu de pays européens peuvent prétendre aujourd'hui qu'ils fabriquent du décarboné", a-t-il indiqué.

Selon le ministre, le Maroc ne subirait pas les mesures européennes ciblant les produits carbonés. L'adoption d'une telle mesure permettrait au pays de sauter le pas de la barrière non-tarifaire de l'Union européenne.

Plus de: Libération

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.