Cote d'Ivoire: Bingerville/Réhabilitation de la voirie - Comment opérateurs économiques et populations vivent le changement

26 Février 2020

Elargissement de la voie principale, reprofilage de celles des quartiers, la réhabilitation de la voierie de Bingerville donne visiblement fière allure à l'ancienne capitale et le sourire aux populations.

Bingerville, cité historique, ville-symbole située à une trentaine de kilomètres à l'est d'Abidjan. Il est 8 heures, ce 10 janvier 2020, un vent de renouveau souffle sur la commune. Une partie de la voie principale de 4,5 km qui traverse, la ville jusqu'au village d'Eloka, a été élargie.

De la cité Fêh Kessé jusqu'au carrefour Bandji, le visiteur découvre une route en 2X2 voies qui étale fièrement sur plusieurs centaines de mètres son bitume fraichement posé. Les bandes blanches délimitent les deux côtés de la chaussée.

Un voyage dans la cité-dortoir de la métropole abidjanaise par cette voie express, nous a permis de découvrir la beauté de cette voie-expresse avec ses ouvrages d'art, dont le dalot construit entre l'université de Bingerville et le carrefour Cie.

Les embouteillages monstres, véritable hantise des automobilistes qui se rendaient dans cette commune, ne sont plus que de vieux souvenirs.

La circulation est désormais fluide, une demi-heure suffit désormais pour rallier la ville coloniale. En plus de cette voie principale dont les travaux se poursuivent, des routes secondaires ont été refaites, ce qui donne à Bingerville l'allure d'une cité en plein chantier.

Transporteurs et promoteurs immobiliers satisfaits

Les populations en général et les transporteurs et promoteurs immobiliers en particulier se félicitent de ces travaux qui redonnent vie à l'ancienne capitale. Koné Aminata Fofana, enseignante à la retraite, résidente au quartier Sicogi 1 depuis plus de 30 ans, ne cache pas sa satisfaction.

« Depuis l'avènement du nouveau maire, les choses sont en train de changer. A mon retour d'un voyage de trois mois, j'ai découvert une voirie refaite, surtout dans le quartier où j'habite depuis plus de 30 ans. C'est la première fois que je vis cette situation dont je m'en réjouie ».

De son côté, le président des transporteurs de la ville affirme pouvoir désormais circuler en toute quiétude.

Pour lui, la réhabilitation des voies est un véritable gain pour les acteurs du secteur, d'autant plus que de nouvelles lignes de transport sont ouvertes, notamment dans les quartiers Delacelle, Mtnkro, situés derrière le Jardin botanique.

« Grâce à Dieu, le Président de la République a réalisé notre rêve. Nous nous en réjouissons. Le secteur est bien organisé désormais. La mairie a ouvert de nouvelles lignes de transport. Il n'y avait pas de woro-woro à Bingerville. Il y en a maintenant ».

A Bingerville, les promotions immobilières poussent comme des champignons. Ce boom immobilier est visible à Eloka, Adjamé-Bingerville, Fêh Kessé, Marina et d'autres quartiers.

Pour bon nombre de promoteurs immobiliers, le développement des infrastructures routières donne un nouveau visage à la commune et contribue à l'augmentation de leur chiffre d'affaires.

« La route précède le développement. Les infrastructures majeures permettent de faire bondir nos chiffres d'affaires au niveau de l'immobilier. Nous en sommes satisfaits.

Le bitume apporte une valeur ajoutée à Bingerville, qui reste la seule zone périphérique d'Abidjan », a expliqué Ibrahim Hien, promoteur immobilier.

Même son de cloche chez Sanogo Mamadou, un autre promoteur immobilier, qui affirme que depuis que les voies sont en train d'être faites, Bingerville est de plus en plus sollicitée pour l'acquisition des maisons.

Les préoccupations des commerçants

Si les travaux de voiries sont salués par certains commerçants, ce n'est pas le cas pour d'autres, en l'occurrence ceux installés sur l'emprise des travaux de réhabilitation. Ces derniers ont été déguerpis, un départ forcé qui a porté un coup dur à leurs activités.

Adjibonou Dibril, président des marchés de Bingerville, ne décolère pas : « L'engouement au niveau du marché n'est plus comme avant. Les autorités pouvaient recaser les déguerpis (75%) dans le marché. Aujourd'hui, nous avons d'énormes problèmes au sein du marché où il n'y a plus de places ».

Il se félicite tout de même des travaux entrepris par la mairie. Winni Adam, un autre déguerpi renchérit : « Certes, il y a eu beaucoup de changements. Le maire est à l'oeuvre.

Mais hélas, les travaux de réhabilitation ont eu un impact sur les commerçants dont les activités étaient au ralenti, à cause surtout des embouteillages occasionnés par la réfection de la voie ».

Plus de: Fratmat.info

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.