Algérie: Constitution - L'université a un rôle "pivot" dans l'encadrement du débat de la société

Alger — L'université est appelé à jouer un rôle "pivot" dans l'encadrement du débat de la société sur l'amendement constitutionnel a affirmé, mardi à Alger, le chargé de mission à la présidence de la République, Mohamed Laagab.

L'université est appelée à jouer durant la prochaine période un rôle "pivot" dans l'encadrement du débat au sein de la société, car les questions constitutionnelles ne sont pas à la portée de tous les citoyens, qui doivent être accompagnés pour comprendre les amendements et les propositions notamment en matière de séparation des pouvoirs et d'indépendance de la justice, a déclaré M. Laagab lors de la rencontre scientifique sur "La Révision de la constitution et la République nouvelle: l'université un espace de débat".

A ce propos, il a relevé que la plupart des utilisateurs des réseaux sociaux sont universitaires, d'où l'intérêt de mettre à profit cet espace dans le débat constructif face à "la guerre psychologique et hostile menée contre l'Algérie".

Se félicitant du grand élan des universités algériennes à travers les wilayas du pays pour prendre part à ce processus, il a estimé que l'université doit être la locomotive dans tous les domaines.

Les intervenants lors de cette rencontre scientifique ont mis l'accent également sur l'importance de l'adhésion de l'élite universitaire pour l'accompagnement du processus de révision constitutionnelle en vue d'assoir les fondements de l'Algérie nouvelle.

De par la responsabilité sociale et morale de l'Université, l'élite universitaire se doit, chacun dans son domaine, d'accompagner les différentes projets de lois, dont celui de la Constitution, ont ils relevé mettant en avant son rôle dans l'encadrement des débats dans la société sur l'amendement de la Constitution, qui définit l'avenir de toute une société.

Les recommandations issues de cette rencontre ont focalisé sur l'essentiel des propositions de l'université dans le cadre de la participation à la révision de la Constitution, décidée par le Président de la République, Abdelmadjid Tebboune.

Les participants ont plaidé pour l'opérationnalisation de la citoyenneté active, le renforcement de la stabilité de l'Etat à travers la réunion des conditions d'un équilibre effectif entre Pouvoirs exécutif et législatif, la consécration de l'indépendance de la justice, la consolidation des droits et libertés publiques, l'approfondissement de la justice sociale, outre que le raffermissement du rôle des institutions consultatives en matière de contrôle et d'orientation.

Dans le volet économique, les recommandations ont mis l'accent sur la nécessité de clarifier les missions de certaines instances économiques et la relation entre Pouvoirs dans l'élaboration des politiques économiques, de déterminer les règles d'exploitation des ressources naturelles en préservation des droits des générations futures. Le positionnement de la société civile à l'égard des politiques économiques et la garantie de la liberté d'accès à l'information économique ont également été préconisés.

Cette rencontre s'inscrit dans le cadre de l'enrichissement du débat académique pour ériger la Constitution en point de départ et d'ancrage de la stabilité institutionnelle, garante d'une pratique économique saine.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Algérie

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.