Algérie: Le président éclaboussé par la poudre de son fils

Abdelmadhid Tebboune

Le nouveau président algérien n'y est sans doute pour rien, mais il se serait bien passé de ce genre de publicité. Hier, le procès du fils du président Abdelmadjid Tebboune, poursuivi pour « trafic d'influence », « abus de fonction », « corruption » et « perception d'indus cadeaux », s'est en effet ouvert au tribunal de Sidi M'Hamed. Incarcéré depuis juin 2018, il est jugé aux côtés de 6 autres coaccusés dans le cadre du dossier Kamel Chikhi, alias «El Bouchi», boucher de profession, importateur de viande congelée et promoteur immobilier. L'affaire remonte à mai 2018, lorsque 700 kg de cocaïne sont saisis au port d'Oran dans un container frigorifié transportant des boîtes de viande « halal ». Le promoteur s'est aussitôt retrouvé dans le collimateur de la justice, entraînant dans sa chute bon nombre de ses « amis et connaissances ».

L'affaire avait déclenché des arrestations en série au sein de la haute hiérarchie de l'armée et l'ouverture de plusieurs enquêtes judiciaires sur le blanchiment d'argent et les privilèges accordés à Kamel Chikhi, devenu depuis l'Escobar de Kouba, en violation de la loi. Parmi eux, Khaled Tebboune dont les visites répétées dans les bureaux de l'homme d'affaires finissent par mettre la puce à l'oreille des enquêteurs. Et très vite son père, devenu entre-temps chef de l'Etat, a été affublé du surnom peu flatteur de « président cocaïne ». Difficile, en effet, de ne pas être éclaboussé par les collusions de son fils avec cette « coke en stock » qui avaient justifié sa mise en détention provisoire en juin 2018, au moment où, même dans ses rêves les plus fous, son paternel ne pouvait s'imaginer être un jour propulsé au rang de locataire du palais d'el Mouradia.

A l'audience, le parquet a, entre autres, requis 10 ans de prison ferme contre « El Bouchi » et 2 ans contre le fils du président. Certes le niveau de responsabilité n'est peut-être pas le même, mais quand on voit que le boucher risque 10 ans de tôle pendant que Monsieur fils s'en tire avec deux « petites » années -sous réserve du verdict des juges- on est en droit de se demander si cette dernière réquisition n'a pas été calibrée sur mesure pour le rejeton du premier magistrat du pays. Puisqu'ayant déjà passé 20 mois en détention provisoire, il ne lui restera que quelques mois à tirer (si les 2 ans sont finalement retenus). Il sera alors libre de ses mouvements et reprendra ses affaires là où il les avait laissées, surtout qu'entre-temps papa est devenu président.

Moins de trois mois après son arrivée au pouvoir, ce dossier constitue un test sur l'indépendance de la Justice. Et les Algériens pourront mesurer à l'aune de son évolution si les choses ont effectivement changé ou si, au contraire, elles n'ont pas changé, comme est enclin à le penser le mouvement Hirak qui vient de souffler sa première bougie. Il est vrai qu'en matière de gouvernance, de Bouteflika à Tebboune en passant par Bensalah, il n'y a rien de nouveau sous le soleil algérois.

Plus de: L'Observateur Paalga

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.