Maroc: Taekwondo - Gbané et Traoré racontent la victoire de Rabat

26 Février 2020

Après leur brillante qualification pour les Jeux olympiques de Tokyo, Seydou Gbané (+80Kg Hommes) et Charlène Traoré Aminata (+67kg Dame) sont rentrés de Rabat (Maroc) ce mercredi 26 février.

Accompagnés du président de la Fédération ivoirienne de taekwondo (Fitkd), Bamba Cheick Daniel, les deux tireurs ivoiriens ont été accueillis avec chaleur, au rythme de chants et danses par le groupe national des supporters du taekwondo.

« Ma tête est encore à la fête. Vous ne pouvez pas comprendre ma joie. J'ai commencé le taekwondo à l'âge de 6 ans. A 15 ans (2014), j'ai été championne du monde francophone à Abidjan ; et aujourd'hui, me voilà sur le plateau des Jeux olympiques de Tokyo.

Une qualification que j'arrache la veille de mon anniversaire ! Cela ressemble à un conte de fée, mais pour moi et pour tous ceux qui me suivent, ce n'est que le fruit de plusieurs années de travail », raconte Charlène Traoré.

A 20 ans, elle va tutoyer la planète au Japon. Pourtant c'était loin d'être gagné. Étant donné que son classement mondial ne lui permettait pas d'y être comme c'est le cas de Ruth Gbagbi et Cissé Cheick. Tout comme son aîné Seydou Gbané, Charlène devait passer par le tournoi de Rabat.

« Mais j'étais confiante quand même. On avait eu une préparation formidable. C'est le lieu de dire grand merci au président Bamba Cheick Daniel. Il a vraiment mis le paquet pour nous préparer.

Nous étions comme des rois à Rabat. Pour vous dire que nous étions dans les meilleures conditions possibles.

Je me suis sentie pousser des ailes et la Camerounaise que je respecte beaucoup en a malheureusement fait les frais. Vous vous rendrez compte qu'elle n'a même pas pu m'approcher (15-0 )», se réjouit-elle.

Espérant que les mêmes moyens seront déployés pour la préparation des Jeux de Tokyo. Seydou Gbané, lui, est déjà focalisé sur les premiers jeux olympiques de sa carrière. « Ouf ! J'y suis enfin.

Ce tournoi de Rabat était notre dernière chance pour aller aux Jeux olympiques. Il fallait être concentré jusqu'au bout », confie-t-il.

En réalité le sociétaire de club la Source de Koumassi n'avait pas peur. « Ce sont des adversaires qu'on connaissait plus ou moins. On savait quelles étaient leurs forces et faiblesses.

Dès lors, nous avons gardé la tête froide. Surtout avec un entraîneur comme coach Esapa qui me connait comme la paume de sa main et vice-versa, je savais que j'avais énormément progressé », reconnaît le capitaine de la sélection national.

Pour lui, « c'est maintenant que le plus gros du travail commence ». En réalité, cette belle image du taekwondo ivoirien présentée à la face du monde à Rabat n'est pas le fruit du hasard.

La fédération ivoirienne a minutieusement préparé son coup. « Nous avons travaillé dans le sens d'obtenir ces deux qualifications supplémentaires et vous pouvez comprendre que nous soyons heureux de les offrir à la Côte d'Ivoire », a révélé Bamba Cheick Daniel.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Fratmat.info

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.