Burkina Faso: Mobilisation contre l'imposition de l'IUTS sur les primes et indemnités / Rémis Dandjinou - « Le gouvernement reste ouvert au dialogue »

26 Février 2020

A l'issue du Conseil des ministres, tenu le mercredi 26 février 2020 à Kosyam, le ministre de la Communication et des Relations avec le Parlement, Rémis Fulgance Dandjinou, s'est prêté aux questions d'actualité des journalistes.

Comme il fallait s'y attendre, le Conseil des ministre du mercredi 26 février 2020 a permis aux journalistes d'aborder certains sujets liés à l'actualité nationale.

Sur l'imposition de l'Impôt unique sur le traitement des salaires (IUTS) sur les primes et indemnités qui divise le gouvernement et les fonctionnaires, le ministre en charge de la communication et porte-parole de l'exécutif, Rémis Fulgance Dandjinou, a affirmé qu'elle a été instituée par une loi déjà adoptée.

Mais pour atténuer ses effets sur les revenus des travailleurs, a-t-il poursuivi, l'exécutif a pris le soin d'étudier les possibilités de paramétrage et de réaménagements afin de le rendre plus supportable.

« On peut citer le relèvement du seuil de dégrèvement, l'éclatement des salaires pour sortir l'indemnité de résidence. Ainsi, 73% des 190 040 agents concernés par cet impôt payeront entre zéro et 10 000 F FCA », a précisé le Porte-parole de gouvernement.

Estimant qu'il est « normal » pour les travailleurs d'exprimer leur désaccord sur le principe, M. Dandjinou a laissé entendre que le gouvernement reste ouvert aux discussions avec les partenaires.

Pour lui, nous avons besoin de construire notre pays aussi par notre propre effort de financement.

« Certes, comme le disent certains, il y a d'autres sources de financement, mais on ne peut pas non plus se passer du troisième élément de recettes de l'Etat qui est l'IUTS. Cela au regard de la situation sécuritaire qui nécessite de la part de l'Etat, plus de ressources pour faire face aux dépenses », a-t-il dit.

S'agissant des mouvements d'humeur dans les médias publics, le ministre de la Communication a annoncé la reprise « très prochaine » des négociations avec le bureau du Syndicat autonome des travailleurs de l'information et de la culture (SYNATIC).

Sur le déploiement des forces de sécurité dans les médias publics, il a indiqué que l'objectif est d'éviter l'atteinte à la sécurité de certains travailleurs et de préserver les outils de travail.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sidwaya

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.