Maroc: "Chi wqat", nouveau titre de Khaoula Moujahid

Dans son single, Jaylann compatit avec les patients dépressifs

La chanteuse marocaine "Jaylann" de son vrai nom Khaoula Moujahid, a fait son retour avec un nouveau titre intitulé "Chi wqat" interprété en duo avec Abdelilah Arraf alias "Beethoven", dans lequel ils font part de leur compassion envers les personnes qui passent par des moments délicats de leur vie.

"Chi wqat" (parfois) est le titre choisi par la lauréate de l'émission "The Voice" et son compagnon d'art, dans lequel ils mettent en lumière les états psychologiques caractérisant les épisodes dépressifs qui peuvent survenir aux différentes étapes de la vie. "Chi wqat" est l'un des neuf titres de son prochain album, "Ghetto", dans lequel elle cherche à exprimer les moments de tristesse, d'anxiété et de confusion éprouvées par les personnes dans leur confrontation aux aléas de la vie, a fait savoir "Jaylann" dans de nombreuses déclarations à la presse.

"Jaylann" et "Beethoven" interprètent la chanson avec un arabe dialectal simple et facile à comprendre, faisant référence à "quelques moments" où la vie sourit à l'être humain avant de le poignarder et lui tourner le dos, et à "quelques moments" où il s'isole, se renferme sur lui-même, perd la confiance en son entourage et se souvient du décès ou du dernier conseil d'un parent.

Après son succès à l'émission "The Voice" où la chanteuse marocaine a excellé dans la diffusion des sentiments de peine et de tristesse avec son intonation et sa voix comparées à celles des plus grands chanteurs occidentaux, "Jaylann" a brillé de nouveau dans l'interprétation de son titre "Chi wqat" dans lequel elle a évoqué d'autres situations vulnérables où la personne se trouve délaissée par ses amis, mordue de regret ou perdue dans son passé. Pour faire part de compassion envers ceux qui vivent de telles situations et mettre en lumière une partie de leurs souffrances, le duo "Jaylann-Beethoven" auteurs-compositeurs du titre et le distributeur Rachid Mohamed Ali, ont procédé au tournage d'un clip vidéo brillamment réalisé par Anas El Jad.

Commençant par la tristesse qui semblait dominer les chanteurs et le maquillage qui a accentué ce sentiment, passant par la robe noire portée par les danseurs professionnels, et arrivant aux gestes, mouvements et paroles qui expriment des moments difficiles que toute personne traverse à un moment de sa vie, "Jaylann" et "Beethoven" ont réussi à toucher les aspects "sombres" des personnes atteintes de dépression qui gâche leur vie et les empêche de goûter au sens de la vie et à la joie de vivre en cas de non-traitement.

Le public de ce travail artistique confirme que les chanteurs ont réussi à transmettre les messages aux spectateurs, d'autant plus qu'il a fait la une des clips les plus visionnés sur YouTube (la tendance), et certains spectateurs ont même affirmé qu'il décrivait avec précision leur état psychologique, tout en remerciant les auteurs du titre qui ont sorti les patients dépressifs du silence qui les entourait.

En effet, le clip vidéo a dépassé les 2,6 millions de vues en six jours, avec plus de 79.000 fans qui ont réagi positivement quant à son interprétation et sa réalisation caractérisées par la simplicité et l'efficacité.

Certains spectateurs du clip vidéo, au delà de leur admiration pour les paroles, ont exprimé leur fascination pour les scènes auxquelles ils ont assisté, à l'instar de la scène du caméléon qui incarne l'instabilité du monde, et celle de la bougie qui reste allumée malgré le vent qui souffle constituant une invitation à poursuivre la "bataille de la vie" malgré les difficultés.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Libération

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.