Burkina Faso: Blanchiment de capitaux, financement du terrorisme - Les leaders religieux du pays à l'école du Giaba

26 Février 2020

«Le rôle des leaders religieux dans la lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme», c'est sous ce thème que Ouagadougou accueille la contribution du Giaba afin de lutter efficacement contre le terrorisme qui sévit au Sahel.

A en croire le ministre d'État Siméon Sawadogo, la force de persuasion des leaders religieux auprès des populations du continent africain est indéniable d'où, la tenue de ce séminaire de sensibilisation orienté à leur endroit.

Il en veut pour preuve les résultats d'une étude du Consortium d'instituts de sondages Afro baromètre dont une enquête menée entre 2016 et 2018 sur 34 pays du continent a relevé un degré d'influence populaire des religions de l'ordre de 91% au Sénégal, et plus de 80 % au Burkina Faso et au Niger.

«Convaincu qu'aucune de nos religions n'appuie le meurtre des personnes innocentes, je lance un appel au service tant à l'humanité qu'à Dieu, pour servir à l'édification d'une société meilleure, sûre et égalitaire», a-t-il laissé entendre.

Pour M. Alphousseyni Diamanka, représentant le directeur général du Giaba, son institution ouvre la voie dans la lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme tant à l'intérieur qu'à l'extérieur de la région de l'Afrique de l'Ouest.

«Notre action, sixième du genre en Afrique francophone et anglophone, vise à tarir les sources de financement du terrorisme.

C'est pourquoi, nous espérons que ce séminaire sera un engagement renouvelé des autorités et des leaders d'opinion à identifier les rôles clés qu'ils doivent jouer pour sensibiliser et consolider la morale de leurs adeptes par la force de messages moraux persuasifs», a-t-il déclaré.

Le Giaba est une institution de la Communauté Economique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cedeao) dont le principal rôle est d'impulser la lutte contre le blanchiment d'argent eu niveau régional en impliquant notamment les acteurs clés.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Fasozine

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.