Madagascar: « Ilay Veromanitra » - Un roman qui prend vie au théâtre

Le roman de Bolespara « Ilay Veromanitra » a été joué sur scène par sept jeunes comédiens dans la grande salle de Nosy TV Behoririka, hier.

Mis en scène par Lillac, l'arrière-petite-fille de l'auteur, la pièce raconte la vie de Ralambo, un jeune homme qui profitait et qui vivait dans l'abondance grâce à l'héritage laissé par ses parents. Héritage qu'il n'aura pourtant pas su gérer. Au fil des années, Ralambo essaie de reprendre sa vie en main et quitte ainsi Antananarivo, sa ville natale, pour partir vivre à Ambohiboara. Il emmène avec lui une plante dont son père s'occupait de son vivant, du « Veromanitra » (citronnelle). Alors que Ralambo tombe malade, cette plante qui occupe une place centrale dans l'histoire a été subtilisée. C'est dans cette situation de détresse que les choses commencent à changer pour le jeune homme. Apparaît alors dans la vie de Ralambo une jeune femme, Raverohanta, qui l'aide dans son enquête. Ils se lancent tous les deux à la recherche du « Veromanitra » volé. Le courage de la jeune femme aura ses effets sur Ralambo qui finira par lui demander sa main. L'oeuvre ravira ainsi les amateurs d'histoires à l'eau de rose.

L'oeuvre originale de Bolespara comprend 34 chapitres de 186 pages. Réédité, le livre compte à présent 208 pages. D'après Lillac, le contenu de la nouvelle édition est inchangé mais seule la mise en page a été modifiée.

La plume se transmet de génération en génération. Bolespara fait partie des écrivains-poètes malgaches du XXe siècle, au même titre que les grands auteurs qu'étaient Ny Avana, Charles Rajoelisolo ou encore Fredy Rajaofera. Né en 1901 et décédé en 1981, Bolespara a traversé les époques. De la colonisation à l'indépendance, il était témoin des événements qui ont marqué l'histoire de Madagascar. Ce grand personnage est l'un des protecteurs farouches de la culture malgache. Lillac, arrière-petite-fille de Bolespara, suit les pas de son arrière-grand-père. Ayant grandi dans la partie orientale de la Grande île, à Fénérive-Est, elle réunit en elle les différentes cultures du pays. Membre de Havatsa-Upem, elle est connue pour son ouvrage « Ilay kamboty ». Être comme Bolespara est son rêve le plus cher. « Je n'ai jamais connu mon arrière-grand-père, mais je me reconnais à travers ses écrits » a-t-elle confié. Comme son ascendant, la jeune femme aborde dans ses œuvres l'amour, l'angoisse et l'éducation.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.