Madagascar: Capital humain - Des cantines scolaires pour mieux développer la matière grise

Un enfant malgache sur deux a un retard de développement mental, psychomoteur, ou cognitif. En effet, les dernières statistiques de l'ONN (Office National de Nutrition) indiquent un taux de malnutrition chronique de 47%, chez les enfants, ce qui est largement supérieur à la moyenne en Afrique.

Pour résoudre ce problème, ayant des impacts inévitables sur l'économie à long terme, l'Etat intensifie ses actions avec le PAM (Programme alimentaire mondial) pour la mise en place de cantines scolaires, dans les écoles publiques. Actuellement, 2 millions d'écoliers dans plus de 800 écoles réparties dans le pays, bénéficient du projet. « Ceci est une grande étape pour l'amélioration du taux de scolarisation des enfants, qui est l'un des défis que nous devons relever, suivant les Velirano du président Andry Rajoelina », a affirmé le ministre de l'Education nationale et de la formation technique et professionnelle, Rijasoa Josoa Andriamanana, lors de la mise en œuvre du projet à l'EPP Tsarahasina Ambohimangakely, région Analamanga, où plus de 200 écoliers bénéficient désormais de cantines scolaires, pour les 4 ans à venir, grâce à un partenariat avec le projet Tafita de la JICA (Agence japonaise de coopération internationale).

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.