Ile Maurice: Plan SCBG et BAM - Manifestation pacifique des victimes

27 Février 2020

«Gouvernman pena valer so parol», «respekté zot langazman», «parole donnée, parole sacrée.» Pancartes brandies par 11 victimes du crash du groupe BAI devant l'hôtel du gouvernement ce jeudi 27 février.

Ceux-ci, en particulier ceux qui ont investi dans les plans Super Cash Back Gold (SCBG) et Bramer Asset Management, ont participé à une manifestation pacifique. Une décision prise devant le «silence radio» du Premier ministre à ce sujet.

Selon leur porte-parole, Salim Muthy, également présent, le gouvernement n'a pas respecté l'engagement pris quelques jours avant les élections générales. «Pa vinn anbet dimoun. Zot inn donn nou parol apre zot finn donn nou kou pié !» s'est-il insurgé face à la presse. Salim Muthy prévient que s'il n'obtient aucune réponse du gouvernement dans les jours à venir, la prochaine étape serait d'entamer une deuxième grève de la faim après celle organisée en mai 2017.

Le 3 novembre dernier, soit quatre jours avant les dernières législatives, une réunion «d'urgence» avait eu lieu au Rabita Hall en présence de Dev Manraj l'ancien secrétaire financier et Ken Arian Senior Advisor au Bureau du Premier ministre. Ce jour-là, les souscripteurs du plan Super Cash Gold avaient eu l'assurance qu'ils percevront une première tranche du remboursement en décembre 2019 alors que les clients du Bramer Assets Management avaient eu la garantie d'être remboursés à 100% le même mois. A ce jour, ils n'ont rien perçu.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.