Gabon: Des agriculteurs prennent part à une formation pratique sur la mise en place des cultures à Essassa

ESSASSA, Gabon, 27 février (Infosplusgabon) - La Société gabonaise de chimie pour l'Industrie, l'Agriculture et l'élevage (GCIAE) a organisé le 22 février dernier, une formation pratique sur la mise en place des cultures sur site à Essassa, petite bourgade située à environ 20 km de Libreville, à l'attention d'une cinquantaine d'agriculteurs passionnés par les techniques agricoles.

Ces agriculteurs et particuliers venus en famille, désiraient acquérir des techniques de préparation des sols et notamment la mise en place de variétés en tenant compte des dates de semis, des modes de semis (semis direct et pépinière-repiquage), de l'alignement des plantes mais également de leur aération, selon la méthode 3, 4, 5. Cette méthode, universellement utilisée dans plusieurs pays, permet de construire des angles droits et de respecter les espaces pour une meilleure croissance des plantes. Un réel défi pour les agriculteurs.

Le formateur, Hervé Joel Zame Ovono, responsable technique Agronomie à la Gabonaise de Chimie, a insisté sur la fertilité des sols, rappelant qu'un sol acide n'est pas recommandé pour le planting car les plantes se trouvent asphyxiées et les récoltes médiocres.

L'une des nombreuses activités abordée a été la préparation d'une planche de cultures. C'est une étape essentielle du travail de l'agriculteur. Dans cette opération se trouve la quintessence de la permaculture appliquée à l'agriculture : prendre soin du sol et de sa vie.

Selon Zame Ovono, « il faut délimiter les contours de la planche et cette étape doit être réalisée avec soin. Il s'agit de définir la zone qui sera cultivée et qui ne sera donc jamais piétinée. Entre deux planches, on prévoit les chemins, ou passe-pied ».

Quelle préparation du sol pour planter un arbre tige ou un arbre fruitier ? Bien utiliser les fertilisants

Pour la plantation de 'grands' arbres, il est nécessaire de réaliser des fosses de plantation. Pour cela, travailler le sol sur 1 m² de surface et, si possible, au moins 60 cm de profondeur.

« L'utilisation judicieuse des fertilisants comme la fiente de poule ou d'autres matières organiques recommandées, permettent de porter les rendements des récoltes à des niveaux élevés et à des coûts acceptables », a expliqué Zame Ovono.

Les conseils très pratiques aux producteurs et agriculteurs en herbe est de leur recommander des choix raisonnés sur les variétés de cultures utilisées et la programmation des dates de semis directs ou d'implantation des pépinières aux périodes les plus favorables sont souhaités.

« Les pluies peuvent compromettre la récolte si elles sont importantes elles peuvent rendre les parcelles impraticables. Les pluies violentes peuvent engendrer une dégradation des grains par l'humidité », a expliqué Zame Ovono.

En agriculture, on appelle « intrants » les différents produits apportés aux terres et aux cultures, qui ne proviennent ni de l'exploitation agricole, ni de sa proximité. Les intrants ne sont pas naturellement présents dans le sol, ils y sont rajoutés pour améliorer le rendement des cultures.

Les principaux d'entre eux : les produits fertilisants : engrais et amendements, les produits phytosanitaires, de la famille des pesticides : produits utilisés pour l'éradication des parasites des cultures. Plus généralement on entend par intrant tout produit nécessaire à la marche d'une exploitation agricole.

« L'agriculteur doit aujourd'hui repenser sa façon d'être et d'agir. Se mettre à la recherche de nouvelles solutions, en quête de nouveaux intrants. Intrants compatibles avec une agriculture économiquement viable et respectueuse sur le long terme des lieux où elle s'exerce » , a conclu le formateur.

L'eau reste un facteur limitant

L'eau est un facteur essentiel pour l'agriculture. Constitutif des végétaux, elle transporte aussi toutes les substances nécessaires à la plante, mais surtout stabilise sa température par la transpiration. Selon une étude, les causes du plafonnement du rendement de certaines cultures sont d'abord d'origine climatique et en grande partie liées au manque d'eau au cours du cycle végétatif. Avec deux saisons de pluies, le Gabon disposerait de suffisamment d'eau toute l'année, même si l'eau potable manque parfois dans certains quartiers du Gabon.

Entreprise citoyenne, la Gabonaise de Chimie pour l'Industrie, l'Agriculture et l'Elevage (GCIAE) est reconnue pour la qualité des produits distribués sur le marché national et la notion de Responsabilité dans ses pratiques quotidiennes non sans oublier celles qui lui incombent pour sécuriser ses consommateurs et assurer une service de qualité à la hauteur de ses ambitions commerciales, dans les secteurs de l'Industrie, de l'Agriculture, de la Forêt et de l'Elevage.

La GCIAE organise périodiquement des séminaires pratiques et utiles pour les agriculteurs et autres professionnelles des filières y relatives. Au cours de ces dernières années, l'on a constaté une forte adhésion pour les formations GCIAE, destinées à relever qualitativement la pratique de l'agriculture et de l'élevage au Gabon. Mais également à permettre une utilisation responsable des produits et accessoires vendus sur l'étendue de ses points verts et à son siège de la Zone industrielle d'Oloumi, à Libreville.

Gabonaise de Chimie - Zone Industrielle d'Oloumi face au Lycée d'Oloumi. Tel. : 01764899 / 01720656/ 01721761. Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. . Site Web : www.gciae.com

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Infos Plus Gabon

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.