Cameroun: Lutte contre le commerce illicite - Un réseau de fausses peintures démantelé

Les trafiquants mélangeaient différentes huiles qu'ils reconditionnaient dans des récipients, dans un local au quartier Elig-Edzoa à Yaoundé.

Une centaine de pots de peintures empilés les uns sur les autres. Des cartons tachés d'huile, des seaux pleins de liquides dans un coin. Des bidons, des bouteilles, des bouchons et des chiffons éparpillés çà et là. C'est dans ce bric-à-brac que l'équipe de la brigade nationale des contrôles de la répression des fraudes du ministère du Commerce (Mincommerce) a découvert un réseau de trafic de fausses peintures, il y a quelques jours.

Les trafiquants avaient trouvé refuge dans un petit local en matériau provisoire au quartier Elig-Edzoa à Yaoundé, afin de perpétrer leur sale besogne. Selon Désiré Manga Anaba, chef de section des inspections métrologiques au Mincommerce, les suspects faisaient des mélanges avec un gros mixeur pour obtenir un liquide assez homogène. Ils mélangeaient de la peinture périmée avec celle encore en bon état. Ensuite, ils transvasaient le liquide dans des bidons de 5 à 10 litres, ou encore de simples bouteilles plastiques d'un litre et demi.

Différentes marques de peinture étaient ainsi mélangées et reconditionnées pour la commercialisation. Un autre foyer de reconditionnement de ces peintures a été découvert au lieu-dit Mokolo Elobi. S'agissant du circuit d'approvisionnement de ces réseaux, l'on explique au Mincommerce que ces huiles périmées proviennent de certaines quincailleries de la ville.

« Au lieu de procéder à la destruction des produits périmés, les responsables des magasins les revendent à bas prix au marché noir », indique notre source. Pour ce qui est de leur écoulement, même si les suspects n'ont pas encore été entendus, le chef de section croit savoir que ces stocks sont commercialisés au marché noir du quartier Elig-Edzoa, dans les quincailleries de la ville de Yaoundé et ses environs.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.