Afrique: Coronavirus - Le nombre de nouveaux cas augmente dans le monde

Le nombre quotidien de nouvelles personnes contaminées par le nouveau coronavirus Covid-19 dans le monde est désormais supérieur à celui enregistré en Chine, a annoncé le 27 février l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

« Avec 411 nouveaux cas de coronavirus en Chine et 427 cas ailleurs dans le monde, le nombre de nouveaux cas signalés en dehors de la Chine a dépassé pour la première fois le nombre de nouveaux malades en Chine », a déclaré le directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, lors d'une réunion au siège de l'OMS à Genève.

Selon les derniers chiffres dont dispose l'OMS, la Chine a fait état de soixante dix huit mille cent quatre-vingt dix (78 190) cas de Covid-19 au total, dont deux mille cent soixante dix huit (2 178) décès. Seuls dix nouveaux cas ont été enregistrés mardi en Chine en dehors de la province du Hubei, où le virus a fait son apparition en décembre. « Mais l'heure n'est pas à la complaisance. C'est le moment de rester vigilant », a souligné le patron de l'OMS, devant les diplomates.

Si l'épidémie de pneumonie virale a atteint son sommet en Chine entre les 23 janvier et 2 février, elle se propage en revanche ailleurs dans le monde, chaque jour apportant son lot de nouveaux pays touchés.

Après avoir visité plusieurs provinces chinoises, une mission conjointe OMS-Chine a conclu que les mesures drastiques prises par Pékin, comme la construction de nouveaux hôpitaux et la mise en quarantaine de dizaines de millions de personnes, avaient permis d'éviter un plus grand nombre de cas dans ce pays.

« Ce virus peut être contenu », a relevé Tedros Adhanom Ghebreyesus.

En dehors de la Chine, deux mille sept cent quatre vingt dix cas (2 790) cas et quarante-quatre (44) morts ont été signalés dans trente sept pays pays, selon le dernier décompte de l'OMS.

L'augmentation du nombre de cas en dehors de la Chine a incité certains médias et politiciens à faire pression pour qu'une pandémie soit déclarée. « Nous ne devrions pas être trop pressés de déclarer une pandémie sans une analyse approfondie, a affirmé le chef de l'OMS ».

« Utiliser le mot pandémie de manière imprudente n'a aucun avantage tangible, mais il comporte un risque important en termes d'amplification de la peur et des stigmatisations inutiles et injustifiées », a-t-il poursuivi, ajoutant toutefois que « tous les scénarios restent sur la table et qu'il n'hésiterait pas à utiliser le mot pandémie si la situation l'exige ».

Le 24 février, le directeur général de l'OMS avait appelé à faire « tout notre possible pour nous préparer à une éventuelle pandémie ».

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.