Cameroun: « Le processus va se poursuivre normalement »

Pr. Samuel Efoua Mbozo'o, historien, ancien secrétaire général de l'Assemblée nationale

Quelle incidence l'annulation des élections dans 11 circonscriptions peut-elle avoir sur la tenue de la suite du processus et notamment la tenue de la session de plein droit qui doit suivre la proclamation des résultats des législatives par le Conseil constitutionnel ?

Le processus va se poursuivre normalement après la proclamation des résultats des élections législatives par le Conseil constitutionnel. D'après les informations en ma possession, les 11 circonscriptions concernées rassemblent 13 sièges de députés sur les 180 que compte l'Assemblée nationale. Un calcul rapide fait révèle que ce sont 167 députés qui devraient être proclamés élus dans les jours qui viennent. Ce qui veut dire que le quorum, qui permet à l'Assemblée nationale de siéger, est largement atteint.

La session de plein droit est considérée comme une session ordinaire, selon le règlement intérieur de la Chambre. Ce même texte voudrait qu'au cours de la première session ordinaire, le quorum exigé est la moitié des sièges, plus un. Soit la majorité absolue qui est de 91 députés. On est bien au-delà de ce chiffre. En principe, l'on ne devrait pas avoir de problème, ce d'autant plus que le délai pour l'organisation des élections partielles va au-delà de celui prévu pour la convocation de la session de plein droit.

La mise en place du bureau définitif de l'Assemblée nationale qui doit intervenir au cours de cette session doit épouser la configuration de l'Assemblée nationale. La décision rendue par le Conseil constitutionnel peut-elle avoir un effet sur ce bureau ?

Je ne pense pas qu'il y ait une grande influence. Mais au cas où cela s'avérait possible, l'on peut apporter des corrections lorsque tous les députés seront élus, c'est-à-dire l'année prochaine, parce que, et c'est un rappel, le bureau de l'Assemblée nationale est renouvelé chaque année. En clair, le bureau va être mis en place avec les députés qui seront proclamés élus dans les jours qui viennent. Sauf s'il y a des partis qui n'auront des députés que lors du scrutin partiel qui va être organisé et d'où sortiront 13 députés.

Et puis il convient de rappeler que la représentation au sein du bureau se fait proportionnellement au nombre de députés. Je vais prendre un exemple simple : si vous n'avez que quatre députés, la règle proportionnelle vous donne un élu maximum au sein du bureau. Il est donc clair que la session de plein droit va se tenir avec l'ordre du jour qui lui est souvent reconnu, à savoir la vérification des mandats, la mise en place du bureau définitif et des commissions. Ceci se fera avec les élus du 9 février 2020.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.