Sénégal: Projet d'employabilite des jeunes par l'apprentissage (peja) - Prés de 30 milliards pour former 32.000 artisans

27 Février 2020

L'Etat du Sénégal a lancé un vaste programme pour appuyer l'apprentissage dans les métiers de l'artisanat traditionnel dénommé PEJA. Un projet financé par la Banque mondiale à hauteur de 30 milliards de F CFA.

Un programme qui vise à améliorer les métiers de l'artisanat dans 17 départements du Sénégal, pour les rendre plus rentables et compétitifs sur le marché. Le projet vise 32.000 apprentis dans 8000 ateliers dans tout le Sénégal.A en croire Fatoumata Doukouré, la coordonnatrice du Projet d'employabilité des jeunes par l'apprentissage (PEJA), l'objectif du projet est d'appuyer le système d'apprentissage non formel de l'artisanat afin d'améliorer la qualité de l'apprentissage à travers plusieurs axes. «Il y a le renforcement des capacités techniques des maîtres artisans et des apprentis.

Il y a aussi un autre volet qui concerne l'entreprenariat, la gestion qui est un volet qui va permettre aux apprentis d'aller vers l'emploi et l'auto-emploi ; un autre volet important du projet qui est le renforcement de compétence de vie. Et, qui dit compétence, pense aux aptitudes à pouvoir aller au marché de l'emploi, créer sa propre entreprise», renseigne Mme Doucouré qui soutient qu'une formation technique et un appui en équipements sont prévus pour les ateliers afin d'améliorer la technologie tout comme la pédagogie du maître d'apprentissage qui est censé dupliquer les connaissances nouvelles aux apprentis.

Les enregistrements des ateliers, dans les 17 départements dont les 13 chefs-lieux de département et les 4 départements de la région de Dakar concernés par le projet, ont démarré depuis via les Inspections académiques (IA) comme relais. «On est à 6000 ateliers qui se sont inscrits. On fait la situation à chaque semaine, avec les Inspections académiques et les Chambres de métiers qui ont collectés des fiches d'enregistrements avant de nous fournir ces statistiques. L'objectif était de toucher 5000 artisans pour la première phase d'enregistrement ; on pense qu'on peut atteindre nos objectifs. Il y a une première phase d'enregistrement sur 8 métiers et une autre phase concerne les 4 autres métiers car nous avons un programme sur 12 métiers de l'artisanat pour les 32.000 apprentis dans les 8000 ateliers à sélectionner».

Des outils pour des chefs d'ateliers de Diokoul à Rufisque

La rencontre de sensibilisation a été aussi une occasion pour l'association «Diokoul, ma fierté» d'offrir des outils aux maîtres artisans qui ont pris part à la cérémonie. Après Pikine et Guediawaye, la ville de Rufisque a abrité la séance de sensibilisation des artisans invités à saisir l'opportunité qu'offre ce programme d'employabilité des jeunes par l'apprentissage. Le président de l'association, Gorgui Ndiaye, revenant sur l'opportunité, dira : «c'est un projet qui vise à former des maîtres d'ateliers et des apprentis. Ils vont disposer d'une certification qui va leur permettre, comme ceux des écoles de qualifications agréées par l'Etat, de se prévaloir des mêmes qualifications pour que, demain, non seulement ils puissent intégrer des entreprises mais aussi entreprendre», a indiqué Gorgui Ndiaye.

Le directeur de Cabinet du ministre de la Formation professionnelle, de l'Apprentissage et de l'Artisanat qui soutient que les populations n'ont pas l'habitude d'aller vers l'information ; d'où cette campagne de sensibilisation de l'association «Diokoul, ma fierté» à l'endroit des artisans.

S'agissant des dons en outils il précisera : «nous avons appuyé en matériel de travail quelques 46 maîtres artisans, que ce soit dans les métiers de la mécanique auto, tailleur, soudeur, la coiffure et la maçonnerie, suivant les moyens dont on dispose. Histoire de les accompagner dans l'exercice de leurs métiers. Et l'accompagnement n'est pas seulement matériel, il y a aussi le fait de les amener vers l'information, à s'enregistrer», a soutenu Gorgui Ndiaye.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.