Centrafrique: Semica - Vitrine pour les potentialités d'investissement dans les mines, carrières et pétrole

Une délégation du Forum africain pour le développement (Fad) conduite par son Président, Honoré Konan, séjourne depuis mardi 25 février 2020 à Bangui, la capitale centrafricaine dans le cadre des préparatifs du Forum « Investir en Centrafrique » prévu en Côte d'Ivoire dans les prochains mois.

Invités spéciaux du ministère centrafricain des Mines et de la Géologie, les membres du Fad ont pris part le jeudi 27 février 2020 à l'hôtel Ledger Plazza, à l'ouverture du premier salon international des Mines, Carrières et Pétrole qui se tient à Bangui jusqu'au au 29 février 2020.

« Nous sommes à Bangui et précisément à ce salon afin de nous faire une idée du potentiel de la RCA dans les domaines des Mines, des Carrières et du Pétrole, en vue de mieux vendre le secteur dans le cadre des Forums pour le développement en Afrique, notamment du prochain dénommé, Investir en RCA dont le lancement se fera en Côte d'Ivoire dans les mois à venir » a expliqué, Honoré Konan, président du FAD et chef de la délégation venue d'Abidjan.

La Centrafrique, un scandale géologique

La Centrafrique, c'est 5 millions d'habitants sur une superficie de 623.000 Km2. Le sous-sol centrafricain reste encore une niche pratiquement vierge pour la prospection minière.

Malgré le faible niveau des recherches de ces dernières années, le plan minier national, avec le concours de la Banque Mondiale, achevé en mars 1995, a identifié et localisé de manière précise au moins 470 indices minéraux repartis sur 34 substances minérales.

En dépit du potentiel minier et des gisements connus, seuls, le diamant et l'or sont exploités de façon artisanale (98%) et contribuent à hauteur de 1,9% du PIB.

Le pays possède aussi l'uranium, le pétrole, le fer, le calcaire, le cuivre, le nickel, le Manganèse et de vastes étendues de bassins inexploités.

« Ce salon est une occasion pour nous de valoriser toutes nos grandes et variées ressources naturelles. Il faut le noter, le secteur minier est très prometteur, c'est un secteur sur lequel le gouvernement veut compter et miser.

Toutefois, nous avons besoin de faire l'inventaire exact des ressources minérales du pays, et de faire la promotion des infrastructures favorables à leur mise en valeur », a expliqué le ministre centrafricain des Mines et de la géologie, Léopold Mboli Fatran qui a ajouté être à la recherche de partenaires actifs étrangers pour la mise en valeur de toutes ces ressources.

« Ce qu'il faut savoir, est que la RCA est aujourd'hui pacifiée et possède un code minier et d'investissementattractif pour un partenariat gagnant-gagnant »,a conclu le ministre M'Boli Fatran.

La RCA n'a pas que des difficultés à exploiter son sous-sol. Sa production énergétique reste insuffisante pour alimenter Bangui et le reste du pays.

Au niveau de Bouali, à 100 km au nord de Bangui se trouve une centrale hydraulique qui produit 18Megawatts sur une capacité de 70Megawatts avec une production nationale de 2000Megawatts et une capacité des différents sites variant entre 0.5 et 200Megawatts.

Au niveau du solaire, c'est un pays ensoleillé toute la journée avec un taux de radiation solaire très élevé.

« Nous avons la possibilité de développer l'énergie éolienne dans le nord du pays. Aujourd'hui le secteur est libéralisé depuis la loi de 2005 portant code de l'électricité. Il est aujourd'hui question de rattraper et d'adapter tous les textes qui accompagnent ce code.

Pour vous dire que le secteur est attrayant. Nous sollicitons donc tous les partenaires au développement de venir y investir », a plaidé le ministre Gotran Djono-Ahaba, de l'énergie et du développement durable.

«Invest In Africa Mining, Quarries, Oil and Gas Opportunities », le thème du salon international des Mines, Carrières et du Pétrole (Semica-Centrafrique), ouvert jeudi par le premier ministre Firmin Ngrebada, a vu la participation de plusieurs acteurs d'industrie, des investisseurs, des fournisseurs de services, des sociétés minières et pétrolières, des entreprises de carrières et de métiers connexes.

Deux panels de haut niveau « potentialités Minières et Pétrolières en Afrique » et « Etat des lieux de la recherche géologique, minière et pétrolière » ont meublé la première journée.

Le salon se poursuit vendredi 28 février avec deux autres panels sur, « Women in Mining » et « Opportunité d'investissements dans les secteurs miniers et pétroliers africains » suivi de la cérémonie de clôture avec la remise des trophées au participants et un dîner gala.

Une visite des stands et du site minier de Bogoin(nord de Bangui) est prévue le samedi 29 février 2020.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Intelligent d'Abidjan

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.