Burkina Faso: Attaques à main armée à Bobo-Dioulasso - Des étudiants et des élèves dans la nasse

Trois groupes de malfrats opérant dans la ville de Sya et ses environs sont actuellement gardés au frais. De redoutables réseaux de délinquants spécialisés dans les vols à main armée et avec effraction ont en effet été démantelés, grâce à l'excellent travail opéré par la brigade anticriminelle (BAC) de la police régionale. Ces bandits au nombre desquels deux étudiants et deux élèves ont été présentés à Bobo-Dioulasso, hier 27 février 2020, à la presse locale.

Bobo-Dioulasso et ses environs ont connu ces derniers temps de nombreux cas d'agression. Dans certains secteurs ou villages, la psychose avait déjà commencé à gagner les populations avec ces bandits qui ne reculaient devant rien et étaient prêts à tout pour assouvir leur basse besogne, avec souvent mort d'homme.

Alertées à plusieurs reprises après le passage de ces criminels sans foi ni loi, les Forces de défense et de sécurité finiront par bander les muscles et se déployer davantage sur le terrain pour enfin venir à bout de ces malfrats.

En début de semaine, la rumeurs de leurs arrestations par la police, avait en toute logique mis du baume au cœur de la population et principalement de leurs victimes qui ont eu la vie sauve. Une rumeur qui a été confirmée hier jeudi dans la matinée avec ce point de presse animé par le commissaire Karim Dao du commissariat central.

Dans sa déclaration liminaire, on apprendra en effet que trois réseaux de présumés délinquants ont été démantelés. Le premier groupe, composé de cinq personnes, était spécialisé dans le braquage des stations d'essence et des boutiques Orange Money dans la ville de Bobo. Quant au deuxième réseau, il n'était constitué que d'un seul individu.

Muni d'une arme à feu et se déplaçant sur une moto Yamaha modèle KTM, il opérait en solitaire dans la zone non lotie du secteur 24 de la périphérie de la ville de Bobo et sur les axes routiers (Karangasso-Vigué, Diosso, Klésso, Soumousso, Barré et le premier campement).

Selon le commissaire Dao, ce dernier a été interpellé à la suite d'une dénonciation le 17 février 2020 par une personne digne de foi et préférant garder l'anonymat. Enfin, le troisième réseau, également constitué d'un seul individu avait pour cible, la salle de jeu Ludic Lydia sise au secteur 4 (Koko).

Un établissement qu'il a d'ailleurs eu à cambrioler à 4 reprises. Le travail de recherche de la police, soutenu par la collaboration de la population, a finalement eu raison de ces malfrats.

Désormais hors d'état de nuire, ces bandits seront bientôt présentés au procureur afin de connaître le sort qui leur sera réservé. Un véritable ouf de soulagement pour ces nombreuses victimes et même pour les populations qui semblent retrouver une certaine quiétude.

Cet excellent coup de filet de la police a aussi révélé une autre réalité et pas des moindres. Des confrères présents à ce point de presse sont tout simplement tombés des nus en apprenant l'identité de certains malfrats.

Selon le commissaire Dao, en effet « le cerveau du 1er groupe âgé seulement de 24 ans, est un étudiant en deuxième année de génie civil. Il avait comme acolytes, ZG, 20 ans, élève en deuxième année en électronique, KA, 24 ans, étudiant en première année de science biologique et O.A.K. 26 ans, conducteur de profession. Leur préférence était les zones moins éclairées et moins fréquentées la nuit. On dénombre environ 14 cas de braquage à leur actif dont huit stations d'essence, quatre boutiques Orange money, un restaurant et un domicile. Au cours de ces opérations, deux personnes (Sanou Fatimata et Gouetta Lamoussa) ont malheureusement été mortellement atteints par balles ».

Avec les enquêtes qui sont toujours en cours, la police espère ratisser encore plus large pour une meilleure sécurisation des personnes et des biens. Mais encore une fois elle insiste sur la précieuse collaboration de la population pour aboutir à de meilleurs résultats.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Observateur Paalga

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.