Afrique: Coronavirus - La psychose gagne le continent

La psychose gagne l'Afrique après les cas de Coronavirus décelés en Egypte et en Algérie. Les pays craignent que l'épidémie se déporte à grande échelle sur le continent Africain.

Si d'aventure, les pays africains sont touchés, c'est la catastrophe. Et la maladie fera d'énormes dégâts. Tous les pays sont en alerte et prient pour qu'aucun cas ne soit confirmé nulle part. Les voies de contaminations sont telles qu'un cas avéré, c'est au moins 50.000 personnes tout autour qui seront contaminées dans l'immédiat.

Au regard aussi de nos systèmes de santé, il y a à craindre. Les inquiétudes vont des plus grandissantes sur la capacité des pays africains à faire face à cette maladie en cas de la survenance de l'épidémie à Coronavirus et ce, eu égard au plateau technique des pays africains, qui, pour la plupart, n'ont pas de dispositif adéquat à pouvoir faire face à une propagation du Coronavirus.

Le Directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, avait déjà soulevé des inquiétudes sur le traitement des patients atteints de Coronavirus.

Il estimait qu'ils avaient besoin de soins intensifs « Ces patients ont besoin de soins intensifs nécessitant des équipements comme des appareils d'assistance respiratoire qui manquent dans de nombreux pays africains, et c'est une source de préoccupations ».

L'Afrique était mal équipé pour affronter l'épidémie de Coronavirus si des cas de contamination apparaissaient et se multipliaient sur le continent.

Mais, si le Coronavirus commençait à se répandre sur le continent, les systèmes de santé devront prendre en charge des patients atteints de symptômes comme des défaillances respiratoires, des chocs septiques ou la défaillance simultanée de plusieurs organes, a relevé M. Tedros. Autres faits aussi, c'est les vols en provenance des pays touchés.

Les dispositifs aux différents aéroports peuvent-ils garantir sur un risque zéro ? C'est la grande question quand on connait la période d'incubation du virus. Mais que dire au niveau des frontières terrestres des pays africains dont la porosité constitue un grave risque d'intrusion de malades ?

Aujourd'hui, l'économie chinoise est plombée par cette maladie. En Afrique, ce sera une catastrophe. Les économies qui reposent sur un seul pilier seront paralysées, les populations seront mises en quarantaine.

C'est tout le système économique qui sera au point mort. Personne n'osera mettre le nez dehors, les écoles seront toutes fermées, même les activités politiques seront au point mort. Et bien entendu, les élections connaîtront un chamboulement dans leur organisation….

40 à 70 % des populations au niveau mondiale pourraient être touchées

Selon un magazine de santé en ligne dont nous reprenons les lignes, Marc Lipsitch, épidémiologiste de l'Université américaine de Harvard, 40 à 70 % de la population mondiale seront, un jour, infectés. Selon ce dernier, une nouvelle forme du Coronavirus n'est pas à exclure.

Le virus pourrait s'acclimater, et serait de ce fait plus dangereux qu'on le voie. Il considère ainsi que ce Coronavirus va, en quelque sorte, se transformer en nouvelle maladie respiratoire saisonnière, comme la grippe, au point que la saison des rhumes et de la grippe devienne aussi celle du Covid-19.

Le virus deviendrait un virus humain à part entière, et perdrait alors ses liens originels avec l'animal source. La thèse soutenue ici par Marc Lipsitch sous-entend que le Coronavirus a commencé à se disséminer de façon discrète, et que certains individus seraient porteurs sains, c'est-à-dire qu'ils auraient été infectés par le virus sans pour autant manifester de symptômes.

Mais dans ce cas, comme le souligne Stéphane Gayet, médecin des hôpitaux au CHU de Strasbourg, interviewé par nos confrères de Atlantico, il faudrait que ces porteurs sains diffusent le virus autrement que par la toux et les éternuements, simplement à l'aide de postillons ou d'aérosols émis par la parole.

"Or, la puissance et la portée des aérosols émis par la parole sont bien plus faibles qu'avec la toux. Cela signifie que, en l'absence de toux, il faut une étroite proximité, donc une très courte distance entre individus", ajoute Stéphane Gayet. Si cette autre forme venait à se répandre, c'est vers une catastrophe mondiale qu'on rira

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: Le Nouveau Réveil

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.