Congo-Kinshasa: Sud-Kivu - Une microcentrale hydroélectrique pour satisfaire le besoin en énergie

En provenance du Sud-Kivu où il a procédé à l'inauguration d'une microcentrale hydroélectrique à Bitale et une tournée d'inspection sur l'état des lieux de son secteur, le ministre national de l'Energie, Eustache Muhanzi Mubembe, a fait savoir dans une adresse à la presse le mercredi 26 février dernier, que le secteur de l'énergie aura une stabilité dans le futur proche à travers le financement de certains partenaires dont le PNUD. Il a assuré qu'au niveau du gouvernement central, les ambitions sont de voir dans quelle mesure donner aux populations de la RDC de l'énergie stable dans le souci de voir comment électrifier plusieurs contrées du grand Congo.

L'électricité a, sans aucun doute, d'énormes valeurs ajoutées sur le vécu quotidien des congolais, et selon le ministre de l'Energie, certains projets de développement seront créés à travers des microcentrales qui sont en cours de construction, dont certains seront octroyées à la population congolaise.

Le même exercice a été effectué à Goma au cours duquel les acteurs intervenant dans le secteur de l'électricité ont discuté avec le gouverneur Kasivita sur les problèmes qui rongent ce domaine ayant une importance très capitale.

L'électricité est en effet un véritable moteur du développement, et nul ne peut prétendre à un développement quelconque. "L'énergie qui sera produite par la microcentrale que je viens d'inaugurer dans le territoire de Kalehe favorisera la création d'emplois dans la cité de Bunyakiri, à Bitale. Nos mamans qui produisent du manioc ne vont plus souffrir à parcourir beaucoup de kilomètres pour aller faire moudre du manioc ou souffrir à les piler car, nous aurons des moulins qui leurs faciliteront cette tâche", a soutenu le ministre national.

Il a également assuré que des micro entreprises seront créés autour de cette centrale, les quelques centres de santé qui s'y trouvent auront de l'électricité dans leurs laboratoires, et ceux qui étaient dans les milices à cause du chômage auront l'occasion de créer les projets d'auto prise en charge autour de cette centrale financée par le PNUD.

Le monopole de distribution levé à la SNEL ne veut pas dire son échec

Le ministre de l'Energie a salué l'initiative des investisseurs privés qui aident le gouvernement dans l'octroi de l'électricité à la population de la ville de Goma, par exemple avec les sociétés SOCODEE, VIRUNGA SARL, NURU. Cela permet aux habitants du chef-lieu de la province du Nord-Kivu d'avoir du courant électrique car la ville de Goma, à elle seule, a environ 62 mégawatt et la SNEL ne sera pas en mesure de satisfaire le besoin en électricité.

"Le fait de lever ce monopole à la SNEL ne signifie pas que les intérêts de l'Etat seront écartés mais cela allège la tâche à cette société Etatique de se concentrer sur un réseau de distribution quelconque, en respectant les clauses avec les autres sociétés et à l'Etat de satisfaire tant bien que mal le besoin de la population en courant électrique", a laissé entendre Eustache Muhanzi.

Il appelle, cependant, d'autres partenaires voulant investir dans le domaine de l'électricité et de l'énergie à ne pas se décourager mais à venir en masse pour aider le gouvernement central dans sa politique, pas seulement dans la ville de Goma actuellement considérée comme modèle, mais sur toute l'étendue du territoire national.

A lui de préciser que le gaz méthane se trouvant au sein du lac Kivu est un immense danger pour la population environnante. Il promet de voir, avec son collègue des Hydrocarbures, Rubens Mikindo, comment exploiter ce gaz nocif dans le souci de produire du courant électrique comme c'est le cas dans d'autres pays du monde.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.