Madagascar: Courses de chevaux - Putsch de Pari Turf sur PMU Madagascar

Les dégâts collatéraux de PMU France élargissent leurs tentacules jusque dans les eaux de l'archipel malgache. En dépit d'un contrat d'exclusivité concédé par Monsieur Michelson Rakotoarisoa lui-même à PMU Madagascar en 1996 pour une durée de 25 ans, les tractations en coulisses sur l´axe Paris- Antananarivo ont bizuté et chamboulé les règles établies de l'écosystème des jeux hippiques à Madagascar. L'irruption au forceps de Pari Turf novembre 2016 ( Richard Gagneux et Grégory Santini de la société Mada Yabon SRLU) mandaté par PMU Partners pour la représenter PMU BET (pari en masse commune) à Madagascar, fait désordre et ouvre un conflit aux fragments insoupçonnés entre PMU Madagascar et ASEL. Révélations croustillantes et explosives.

Le départ du désormais ex Président de PMU France, Xavier Hurstel il y a quelques jours, sonne- t-il le glas de cette compagnie aux rebondissements séquentiels ? Ça ne sent pas la rose. Encore. À Madagascar, l'atmosphère qui prévaut est assez lourde et polluante. Tout y passe : non respect des clauses de contrat régissant le secteur des jeux hippiques, actes abusifs et autoritaires, crocs- en- jambes, jeux de cache- cache, etc...

L'intrusion de Pari Turf- PMU BET électrocute l'écosystème transparent des jeux

Seul sur le marché malgache, l'opérateur historique s'appelle PMU Madagascar que dirige actuellement Gérard Fallecker. Sa société est détentrice d'une licence octroyée en 1996 d'une façon exclusive et est présente sur l'ensemble du territoire malgache. A cette époque, Monsieur Chastan étant le représentant de PMU Madagascar. Implantée dans les règles transparentes de la loi en vigueur du pays, PMU Madagascar a pour Directeur de l'exploitation Monsieur Yannis Montalban. Ce dernier est le fils de l'associé de Gérard Fallcker, depuis la création de PMU Madagascar. Il est décédé en 2014. Selon des documents exclusifs en notre possession la société a une gérante Malgache.

Après vingt et une années d'activités paisibles sur l'île archipel, PMU Madagascar se retrouve subitement face à un nouveau concurrent. Le seul sur le marché . La société PARI TURF qui représente PMU BET.

PariTurf à été mandaté par PMU Partners pour la représenter PMU BET (pari en masse commune) à Madagascar. Un deal bel et bien concocté sur l'axe Paris- Antananarivo. Pour réaliser cette opération PMU Partners avec l'aide des Services internationaux de PMU France selon des sources anonymes autorisées, ont entrepris de convaincre le Président de l'ACHEL ou ASEL, Monsieur Michelson Rakotoarisoa de signer à Pari Turf une autorisation d'exploiter les paris en masse commune organisé par PMU Partners.

Une signature d'ailleurs qu'il a faite en novembre 2016 sans même prévenir PMU Madagascar.

Cela, en dépit d'un contrat d'exclusivité concédé par Monsieur Michelson Rakotoarisoa lui- même à PMU Madagascar en 1996 pour une durée de 25 ans.

En réalité, la concurrence s'est installée sèchement fin avril 2017. Contre toute attente, le Président d' ASEL fait surface. Monsieur Michelson bénéficie d'une délégation de pouvoir lui permettant d'octroyer des autorisations ou licences pour la prise de pari sur les courses de chevaux en France et à l'étranger.

Pour faire en sorte que l'opération d'ouverture soit conforme à la législation, PMU France et PMU Partners ont invité Monsieur Michelson à une réunion d'information à Paris, rapportent des sources bien informées.

Durant cette réunion décontractée dans un palace parisien, il a été beaucoup question de signature d'autorisation. Michelson au finish s'est résigné de signer alors qu'il se savait, en âme et conscience, en porte- faux avec la loi qui conférait la primauté et le caractère d'exclusivité d'une durée de 25 ans à PMU Madagascar.

PMU Madagascar en conflit avec ASEL

Ces moult tractations en coulisses ont à priori bizuté et chamboulé les règles établies de l'écosystème des jeux hippiques en Madagascar. L'irruption au forceps de Pari Turf novembre 2016 ( Richard Gagneux et Grégory Santoni de la société Mada Yabon SRLU) mandaté par PMU Partners pour la représenter PMU BET (pari en masse commune) à Madagascar, imposée aux dirigeants de PMU Madagascar est devenue une véritable source de frictions et ouvre un conflit aux fragments affligeants entre les deux sociétés en relations froides. Selon des informations en possession de Confidentiel Afrique, les deux sociétés exploitant les jeux hippiques se regardent en chiens de faïence.

PMU Madagascar reproche à ASEL le non respect de son contrat d'exclusivité. Une source proche du dossier, souffle que PMU Madagascar a été autorisé à consigner les sommes dues à ASEL ( 3% des enjeux ) dans un fonds de séquestre dans l'attente d'un jugement.

Mieux, PMU Madagascar a offert à Monsieur Michelson la possibilité de terminer cette affaire en retirant à Pari Turf l'autorisation d'exploiter la liste des courses. Sans suite. Une offre restée sans réponse chez les dirigeants de Pari Turf qui font la sourde oreille et minimisent les enjeux. Le plus épatant dans cette affaire, est que l'ASEL utilise deux sigles: tantôt ASEL, tantôt ACHEL. Les deux appellations ont comme Président Monsieur Michelson. Une grosse nébuleuse. Pour l'instant.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.