Sénégal: Bâtir des villes durables - Le Sénégal à la recherche de «politiques publiques integrées et novatrices»

28 Février 2020

«L'urbanisation durable du continent africain, et plus particulièrement la démographie galopante de ses villes». Tel est le thème de la Journée de l'Afrique organisée hier, jeudi 27 février à Dakar, par la Banque européenne d'investissement (Bei), en collaboration avec OnuHabitat. La rencontre qui a réuni des maires, des ministres, des dirigeants d'entreprises, des universitaires du monde entier, devra permettre de trouver des solutions pour bâtir des villes durables pour l'avenir de l'Afrique. Elle a été présidée par le Chef de l'Etat, Macky Sall

Face à l'encombrement, la pollution, les problèmes de mobilité, d'assainissement, de santé, entre autres, qui font le quotidien des populations, l'Afrique est à la recherche de solutions pour bâtir des villes durables pour son avenir. Des ministres, des maires, des dirigeants d'entreprises, des universitaires, des représentants de la société civile ont partagé leur expérience et leur savoir-faire pour une urbanisation rapide.

C'était hier, jeudi 27 février, à l'occasion de la célébration de la Journée de l'Afrique présidée par le Chef de l'Etat, Macky Sall. Axée sur le thème : «L'urbanisation durable du continent africain, et plus particulièrement la démographie galopante de ses villes», la rencontre organisée par la Banque européenne d'investissement (Bei), en collaboration avec Onu-Habitat, a permis de réfléchir sur des mesures pour l'amélioration des villes africaines. «Il faudra prendre en charge les problèmes de plus en plus aigus qui font le quotidien des grandes agglomérations. Je pense à l'insécurité, à l'insalubrité.

Et à la pollution et toutes ces fragilités affecteront l'Afrique de façon encore plus pressante si le rythme de son développement ne soutient pas celui de la croissance démographique», a déclaré Macky Sall. Pour étayer son propos, le chef de l'Etat qui a rappelé des prévisions faisant état que, d'ici 2050, la population africaine dépassera 2 milliards d'habitants, a laissé entendre que les défis seront «très complexes» à cet horizon. Ce qui lui a fait dire que «c'est une réalité qu'il faut prendre en charge dès à présent par des politiques publiques appropriées, c'est-à-dire intégrées et novatrices ; d'où la nécessité d'une lecture lucide du concept du Dividende démographique qui veut que la jeunesse du continent soit son atout, au moment où d'autres font face à un vieillissement de leurs populations».

Toutefois, selon Macky Sall, «le Dividende démographique ne sera en effet bénéfique à l'Afrique que pour autant qu'on aura préparé notre jeunesse à une vie productive. Et, ceci, par une éducation, une formation professionnelle adaptée aux besoins de nos pays et aux réalités changeantes du monde». Toujours pour rendre les villes africaines durables, Macky Sall mise sur le «financement des besoins en services publics, en infrastructures de base».

Dans ce même ordre d'idées pour une urbanisation durable des villes africaines, la directrice générale du Bureau régional de développement et de prestation de services pour l'Afrique de l'Ouest de la Banque africaine de développement (Bad), Marie-Laure AkinOlugbade, dira : «nous pensons qu'avec des politiques urbaines adéquates, avec des investissements appropriés, l'urbanisation présente de réelles opportunités pour transformer les villes en véritable moteur de croissance économique qui serait tirée par la demande intérieure, la consommation, une vraie classe moyenne, mais aussi l'intégration régionale notamment l'intégration continentale avec la Zone de libre échange (Zlecaf) qui se met en place, mais également l'innovation technologique et puis des préoccupations pour la durabilité globale pour la maintenance de tout ce qui est entrain d'être fait». Sur ce, elle appelle à une «une véritable décentralisation politique et financière» et à un «soutien des villes pour augmenter les recettes intérieures».

Non sans préciser qu'il faut «beaucoup travailler dans les zones rurales des villes, pour fixer cette population qui a tendance à venir en ville. Et, pour cela, il faut qu'on arrive à combler ce faussé qu'il y a entre les capitales et les villes secondaires».

Création d'emplois : La BEI signe trois nouveaux accords avec le Sénégal

La Banque européenne d'investissement (Bei) a signé, avec le Sénégal, trois nouveaux accords de financement pour la création d'emplois, hier jeudi, à l'occasion de la célébration de la Journée de l'Afrique. Il s'agit d'abord d'un projet d'environ 7 millions d'euros qui concerne la micro-finance pour le développement de projets des femmes entrepreneurs. Ensuite, un projet de 6 millions d'euros pour faciliter l'accès au microcrédit des populations rurales. En fin, le troisième projet d'un montant de 50 millions de dollars concerne les entreprises africaines.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Sénégal

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.