Guinée: Elections législatives et référendum constitutionnel reportés

Le président Alpha Condé
28 Février 2020

C'est officiel. Le président Alpha Condé a annoncé ce vendredi dans un discours à la télévision nationale un léger report du double scrutin de dimanche.

Le président Alpha Condé a affirmé que ce report de deux semaines n'est ni "une capitulation ni une reculade."

Après des mois de protestations meurtrières contre ce que l'opposition considère comme une manoeuvre du président pour rester au pouvoir, celui-ci assure qu'il s'agit de doter son pays d'une Constitution "moderne". Elle codifierait l'égalité des sexes, interdirait la circoncision féminine et le mariage des mineurs. Elle veillerait à une plus juste répartition des richesses en faveur des jeunes et des pauvres.

Quelques sept millions de Guinéens étaient appelés aux urnes dimanche (1er mars). Redoutant une réaction violente de la police, l'opposition semblait attendre avant de demander à ses partisans de manifester le jour J.

L'opposition a décidé de boycotter les élections législatives et le référendum. Elle dénonce un "coup d'Etat constitutionnel".

Ce vendredi (28.02.2020) encore des femmes du FNDC, le Front national pour la défense de la Constitution, ont manifesté à Kaloum, un quartier de Conakry où se trouve la présidence pour dire non au troisième mandat et au double scrutin du dimanche 1er mars.

Manifestations de l'opposition le jour J?

Cette journée de vendredi, le FNDC était en consultation pour déterminer les directives à donner à ses partisans pour dimanche explique Lansana Kouyaté, ancien premier ministre et président du Parti de l'espoir pour le développement national, un parti membre du FNDC.

Selon lui " les consultations continuent mais même si nous ne voulons pas des élections, nous réclamons un boycott tranquille. Parce que nous sommes du côté du peuple".

Même si rien n'a été encore été décidé, Lansana Kouyaté "demande aux forces de l'ordre, à la sécurité et à la défense, de savoir raison garder et ne pas tirer sur ceux qui ne veulent pas que ces élections se tiennent".

"Nous attendons la réaction de la base"

A Siguiri, une ville située à environ 600 km au nord-est de Conakry, fief d'Alpha Condé, Guinée debout est un nouveau parti politique dirigé par Siaka Barry, ex-ministre guinéen de la Culture.

Celui-ci fait campagne pour les législatives mais ne s'est pas encore décidé concernant le référendum constitutionnel. "Nous n'avons rien décidé. Nous attendons la réaction de la base pour savoir si nous allons voter oui ou non", confirme N'faly Condé, candidat aux législatives de Guinée debout.

Si le projet de Constitution est approuvé, il devra encore être validé par le Parlement, où le parti présidentiel espère renforcer son poids à l'issue des législatives.

Mais l'année électorale ne sera pas pour autant terminée puisque l'élection présidentielle se profile à la fin de l'année.

Plus de: DW

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.