Congo-Brazzaville: Catastrophes naturelles - Deux mille personnes touchées seront prises en compte

Le plan d'urgence qui permettra de relancer les activités dans les zones sinistrées du fait des inondations sera révisé pour intégrer les populations vivant dans des localités difficilement accessibles qui jusque-là n'avaient pas été prises en compte.

Les défis à relever dus aux inondations pour soulager les populations sont énormes, a reconnu la ministre des Affaires sociales, Antoinette Dinga-Dzondo, lors de la réunion de coordination humanitaire, tenue le 28 février à Brazzaville. Une étude réalisée par le Programme alimentaire mondial souligne que près de cent trente mille personnes sont en situation d'insécurité alimentaire qui touche principalement les districts de Mossaka et d'Epena, les pertes agricoles sont importantes et les prix des boutures de manioc et de bananes sont en forte hausse. Selon la ministre, dans la prise en charge des sinistrés en dehors des localités déjà ciblées de la zone septentrionale devraient s'ajouter Brazzaville, Pointe-Noire, quelques localités du Niari...

Sur la mobilisation des fonds, le coordonnateur humanitaire du système des Nations unies, Cyr Modeste Kouame, a indiqué que dès la déclaration de l'état d'urgence humanitaire par le gouvernement, le 19 novembre 2019, les partenaires techniques et financiers ont pu mobiliser 26% des besoins estimés pour appuyer la réponse déjà fournie par les autorités locales.

Des défis

Faisant la présentation de la situation humanitaire globale, le directeur de cabinet de la ministre des Affaires sociales et de l'Action humanitaire, Christian Aboké-Nza, a énuméré quelques actions à réaliser en vue du relèvement des populations sinistrées. En raison de la destruction des plantations et de la décimation du bétail, en effet, il est important de garantir deux semestres d'assistance alimentaire. Sur le plan sanitaire, il faut assurer une surveillance épidémiologique adéquate en vue de contenir,entre autres, la propagation des maladies hydriques. L'appui aux communautés touchées dans la reconstitution des moyens de transport nautique et dans la réhabilitation des infrastructures scolaires et sanitaires de base, la facilitation de la reconstitution des documents d'état civil détruits par les inondations, allongent la liste des actions à mener, qui ici n'est pas exhaustive.

Les chiffres

Brazzaville : 6514 ménages soient 28.207 personnes sinistrées

Pointe-Noire : 2180 ménages soient 10.900 personnes sinistrées

Ile Mbamou : 1.325 ménages soient 4989 personnes sinistrées

Plateaux : 3673 ménages soient 25.475 personnes sinistrées

Cuvette : 8.049 ménages soient 72.867 personnes sinistrées

Sangha : 305 ménages soient 2.142 personnes sinistrées

Likouala : 15.819 soient 68.758 personnes sinistrées

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.