Libye: Démission de Ghassan Salamé, l'envoyé spécial de l'ONU en Libye

Ghassan Salamé, Special Representative of the Secretary-General and Head of the United Nations Support Mission in Libya, speaking at a press stakeout in Geneva, Switzerland, 28 February 2020.

C'est sur son compte Twitter que l'émissaire spécial de l'ONU en Libye, Ghassan Salamé, a annoncé, ce lundi 2 mars, sa démission. Il a évoqué des « raisons de santé » pour ce retrait, après plus de deux ans et demi à son poste.

« Je dois reconnaître que ma santé ne me permet plus de subir autant de stress, j'ai donc demandé au secrétaire général (de l'ONU) de me libérer de mes fonctions », a écrit le diplomate franco-libanais.

Cette démission intervient après la conférence de presse qu'il avait donnée, samedi 29 février, à Genève, après l'échec du dialogue politique.

Dans cette conférence de presse, Ghassan Salamé est apparu plus que jamais en colère contre les Libyens qui, a-t-il dit, ne respectent pas leurs engagements de Berlin. Il a accusé les deux parties en conflit de répandre des mensonges concernant les pourparlers de Genève portant sur le choix des représentants censés prendre part à ce dialogue.

« Durant presque trois ans, j'ai tenté de rassembler les Libyens, de restreindre les interventions étrangères et de sauvegarder l'unité du pays », a-t-il écrit sur son compte Twitter.

Aujourd'hui, Ghassan Salamé, estimant avoir accompli une partie de la mission - en l'occurrence le sommet de Berlin, la résolution 2 510 des Nations unies et le lancement des trois volets des pourparlers de paix de Genève - a déclaré vouloir exercer son droit de retrait, car « ma santé est éprouvée par le stress permanent », a-t-il expliqué.

Relations compliquées

Le tweet du désormais ex-envoyé spécial de l'ONU en Libye a pris l'ONU un peu de court à New York. Ghassan Salamé a en effet informé le secrétaire général de sa démission par e-mail, et Antonio Guterres a pris connaissance de la nouvelle quasiment en même temps que les « followers » de son envoyé spécial. Un petit détail qui veut dire beaucoup sur les circonstances du départ de Salamé, pointe notre correspodnante à New York, Carrie Nooten.

Missionné en 2017, le diplomate libanais a été très déçu de trois années d'efforts sans effets d'abord, avec l'annulation de la conférence annoncée en avril 2019, puis de l'après conférence de Berlin dès janvier dernier. Et en particulier du « cynisme » de la Russie notamment, membre du Conseil de sécurité qui, malgré avoir signé pour un cessez-le-feu, continue à livrer des armes au maréchal Haftar.

Même si l'ONU réaffirmait régulièrement sa pleine confiance en son envoyé spécial, le degré d'implication de l'Union africaine a pu aussi être une source de discorde croissante entre Antonio Guterres qui lui aurait demandé de se rapprocher de l'UA, alors qu'il restait méfiant.

Si on ne sait pas encore la date précise de la fin de ses fonctions, Ghassan Salamé devrait tout de même briefer le Conseil de sécurité sur la situation en Libye la semaine prochaine. Ghassan Salamé était le sixième envoyé spécial. Son départ risque de compliquer davantage le dossier libyen.

Ces deux derniers jours, Ghassan Salamé a essuyé de violentes critiques de plusieurs responsables libyens, chacun l'accusant de se ranger aux côtés des adversaires.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.