Congo-Brazzaville: Incivisme - Le CRER exhorte les jeunes à la réappropriation des valeurs morales

Le Cercle de réflexion énergie républicaine (CRER) a organisé, le 29 février, une conférence-débat sur le thème " Jeunesse et citoyenneté" animée par Olivier Bathéas Mollomb, auteur de l'ouvrage "Stop au gaspillage des jeunes" paru en 2017 aux Editions Cultures Croisées.

Face à la crise des valeurs morales et éthiques ainsi qu'à la montée de la violence et de la délinquance juvénile dues au déficit de la citoyenneté, le CRER a initié cette conférence-débat afin que les jeunes et les autres couches sociales échangent sur la thématique car l'énorme potentiel que représente la jeunesse est ignoré.

La réappropriation des valeurs morales et éthiques par les jeunes afin d'être des citoyens modèles constitue l'un des chevaux de bataille du CRER soucieux du devenir des jeunes. « La citoyenneté est l'attitude qui consiste dans la vie nationale de privilégier l'intérêt de la collectivité au détriment des siens propres, ce que l'on appelle communément l'intérêt général. Par ces éléments de civisme, il s'agit de permettre aux citoyens congolais d'intérioriser les informations qui lui permettent de prendre pleinement sa part dans le fonctionnement du pays qui est un bien commun », a dit Richard Pounga, coordonnateur général du CRER en ouvrant la conférence-débat.

Jeune congolais âgé de 29 ans, Olivier Bathéas Mollomb a développé ce thème en s'interrogeant d'emblée sur le rôle et la place des jeunes dans la société. Après un bref aperçu du rappel historique des différents faits ayant jalonné le Congo des indépendances à l'ère actuelle, le conférencier a dit que chaque époque a ses enjeux. Pour lui, trois questions se posent aujourd'hui à la jeunesse : De quoi voulons-nous hériter de nos ainés ? De quoi ne voulons-nous pas hériter de nos aînés ? Qu'est-ce que la République peut attendre de nous, jeunesse congolaise ?

La réponse à ces interrogations trouve son sens dans la problématique " La place et le rôle des jeunes dans la société congolaise", a dit l'orateur en citant l'ex-président américain John Fitzgerald Kennedy, qui déclarait à son investiture : «Ne vous demandez pas ce que l'Etat peut faire pour vous mais plutôt vous demandez ce que vous pouvez faire pour votre pays. »

Pour Olivier Bathéas Mollomb, la jeunesse congolaise doit se battre pour elle-même car les choses ne bougeront pas seules d'elles-mêmes. Cette jeunesse doit être éduquée car la scolarisation renforce la citoyenneté. «Le CRER estime qu'il y a un lien entre la montée de la violence et la délinquance juvénile au pluriel dû au déficit de la citoyenneté. C'est par l'éducation à la citoyenneté que l'on répondra en partie à la montée de la violence et des incivilités », a conclu Richard Pounga

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.